La vulgarisation du football en langue nationale : L’Association pour la Promotion du Patriotisme et du Civisme par le Sport

Le sport aujourd’hui occupe de millier de générations, le football en particulier rassemble une grande partie de la jeunesse. Sans difficultés de communication ou linguistique, la pratique du sport se fait sur la planète sans  distinction de race ou de religion. Convaincu que la langue maternelle pourrait être un facteur de promotion du football Burkinabè, l’Association pour la Promotion du Patriotisme et du Civisme par le Sport (APPCS), une association composée d’éducateurs FIFA/CAF et de volontaires  entendent apporter  sa contribution pour la vulgarisation de cette discipline en langue nationale au Burkina Faso. Pour se faire, les responsables de l’association ont rencontré la presse le mercredi, 26 juillet 2017 pour dévoiler les activités à mener par l’association.

Le présidium à cette conférence de presse 1« Accompagner l’effort de la fédération Burkinabè de football dans l’une de ses nobles missions qui est d’assainir et d’élargir la base de pratique ; aider les animateurs afin qu’ils puissent avoir un minimum de connaissances dans le domaine de l’entrainement pour transmettre aux jeunes les compétences footballistiques et aussi les inculquer les valeurs humaines que véhiculent le football… », tels sont les objectifs visés par l’Association pour la Promotion du Patriotisme et du Civisme par le Sport qui à travers le sport roi qu’est le football veut impulser une nouvelle dimension d’apprentissage des termes de techniques de football aux jeunes apprenants. « Apprendre à partir de la langue nationale ».

L’initiative de la mise en place de cette association serait due selon ces membres à un constat fait sur le terrains notamment dans les province que beaucoup d’animateurs de jeunes bénévoles des quartiers et villages n’ont pas un niveau d’instruction pour être dans le système de formation fédéral alors que ses derniers détiennent le creuset du football Burkinabè. « Nous sommes partis du fait que beaucoup d’animateur ou d’entraineurs n’ont pas eu la chance d’aller à l’école alors qu’ils sont animés de bonne volonté d’encadreurs. Ils de jours comme la nuit avec les jeunes sur les terrains, cette association est née pour accompagner ses encadreurs qui sont surtout dans les provinces. Il s’agira pour nous de les enseigner les rudiments techniques du football en langue nationale », nous fait savoir le coordonnateur de l’association Drissa Congo.

Les chefs coutumiers présents à cette conférence de pressePour montrer sa détermination pour la vulgarisation du football en langue nationale, l’association à choisie le village de Goupana dans la commune rurale de Pabré pour le lancement de ses activités. Il s’agirait selon le coordonateur Drissa Congo d’une formation de soixante-douze heures au profit de cinquante quatre (54) animateurs repartis entre les sept (7) villages que compte la commune. Cette formation se déroulera du 3 au 6 août prochain. Le coordonateur nous informe par la même occasion que l’’expérience à déjà fait ses preuves dans la commune rurale de Koubri. « Nous avons avant même la mise en place de cette association expérimenté le projet dans la commune rurale de Koubri et ça été une réussite totale ce qui a fait que les autorités de la commune rurale de Pabré n’ont pas hésité à nous dérouler un tapis vert pour le lancement de nos activités, dit-il.

Drissa Congo, le coordonateur de l'APPCSLe Burkina Faso compte plus d’une trentaine de langue parlées et les membres de l’association en sont conscients. Pour y venir à bout de ce problème qui pourrait être un handicap, l’association promet disposer des formateurs en d’autres langues telles que le Dioula, Fulfuldé…. « Nous allons faire l’effort de pouvoir toucher plusieurs langues pour que le message puisse passer. Nous allons faire de sorte que si nous nous retrouvions à Bobo que la formation puisse se dérouler en Dioula, à Dori, en Fulfuldé, en Lobiri ou Dagara à Gaoua… », nous dit le coordonateur Drissa Congo. L’association compte sur l’accompagnement des acteurs du monde de sport notamment le ministère des sports et des loisirs et la fédération Burkinabè de football pour réussir sa mission. Notons également que cette rencontre avec les hommes de medias a bénéficié de la présence des responsables coutumiers qui ont manifestés leurs soutien à travers leur présence en nombre important.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *