Police Nationale : Juin 2016-Juin 2017, L’UNAPOL célèbre son premier anniversaire

Créée en juin dernier, l’Union Nationale de la Police (UNAPOL) a fête le vendredi, 28 et samedi, 29 juillet 2017 son premier anniversaire. Placé sous le parrainage de Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGTB), et le Co-parrainage du Commissaire de police à la retraite Emmanuel Kyelem, ce premier anniversaire de l’UNAPOL a été marqué par une série d’activités dont une conférence publique à l’école nationale de la police.

Le présidium à la cérémonie d'ouverture de cette conférence publiqueEnclenché pendant plusieurs années, les policiers après plusieurs luttes obtiennent en juin 2016 leur syndicat. Composé d’un bureau exécutif de 11 membres venant des différentes sections, l’UNAPOL comme son nom l’indique à pour objectif de défendre les intérêts matériels, moraux, collectifs et individuels des policiers. Après une année d’existence, les responsables syndicales de l’union ont marqué un arrêt le vendredi et le samedi, 28 et 29 juillet pour faire le bilan des activités menées au cours des douze mois après. « Après une année de lutte, il était important pour nous de marquer un arrêt pour voir faire le point des activités menées et nous nous réjouissons des avancées significatives obtenues par notre syndicat après une année de lutte », nous laisse entendre Honor Kietega, secrétaire général adjoint de l’UNAPOL. Dans son discours, Honore Kietega a tenu à rappeler les conditions dans lesquelles le syndicat a été crée. Pour lui, « l’UNAPOL est un organe de veille, d’alerte et d’orientation ».

Commissaire Kietega Honore, SG adjoint de l'UNAPOLAprès une année d’existence, l’UNAPOL a engendré selon son secrétaire général adjoint des acquis majeur. Parmi ses acquis on peut citer la reprise du chantier de construction de la direction générale de la police, la relecture de la loi 45 portant statut du personnel de la police, la mise en place de la commission en charge de l’érection des écoles de police en Etablissement Public d’Etat et la constitutionnalisation de la police (en bonne voie selon lui) et un décret en cours d’élaboration sur la question des services payés. S’agissant de la place et rôle qu’occupe la police nationale dans la vie d’une nation, le SG adjoint de l’UNAPOL nous informant que « la police est une institution incontournable et sa place ne saurait être négociée dans un Etat de droit » pour justifier l’intérêt qu’apporte cette branche des FDS.

Le parrain de la cérémonie, Bassolma BaziéLe parrain de la cérémonie Bassolma Bazié dans ses propos a tenu à remercier l’UNAPOL pour le choix de sa modeste personne pour parrainer ce premier anniversaire aussi pour le choix de du commissaire à la retraite Emmanuelle KYELEM, celui-là même qui a été l’un des pionniers de la mise en place du tout premier syndicat de police en 1966 pour cet événement. Pour lui, « ce sont les graines semés par la génération Kyelem qui commence à pousser des fruits ». Le SG de la CGT-B invite les membres de l’UNAPOL à faire en sorte  qu’après ce bureau, le mouvement syndical reste et demeure toujours au sein de la police. « La manière de vivre utile n’est pas le fait d’avoir un certain nombre de villas et de comptes bancaires. Mais pour nous, vivre utile c’est avoir la maturité de s’assumer » rajoute-il. Le Co-parrain quant à lui, a fait une brève genèse de la lutte syndicale dans les années 60. « A l’époque, il faillait une certaine pondération parce que le syndicat de la police n’avait pas le droit de grever et cette loi était presque partout dans la colonie française. Il fallait faire avec », commente-il.

Les invités assis devant, et les élèves policiers nombreux assis derrière pour cette cérémonieLes activités commémoratives de ce premier anniversaire a débuté par une journée de salubrité dans les différentes directions régionales de police des treize régions, puis une conférence publique sur le thème « Je suis syndicaliste, policier je demeure » dans chaque direction régionale de police des régions. Elle a pris fin par un cross populaire sur l’étendue du territoire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *