Filière sésame du Burkina Faso: Les acteurs commercialisation et les besoins de réforme au cœur d’un atelier national

Les acteurs de la filière sésame ont organisé une conférence de presse à Ouagadougou ce 15 novembre 2017 afin de dévoiler les textes qui s’appliquent à la commercialisation du sésame et déceler les besoins de réforme dans la filière.

image001Deuxième produit agricole d’exportation au Burkina après le coton, le sésame depuis quelques années s’impose comme une source de revenus certains pour les acteurs (producteurs, transformateurs) de la filière. De 2010 à 2016, les recettes de cette exportation ont été évaluées à plus de 350 milliards de FCFA. c’est ce qui ressort des chiffres communiqués par l’INTERSEB au cours de sa conférence de presse de ce mercredi 15 novembre 2017 à Ouagadougou.

Selon la présidente de l’INTERSEB, Adja Mamounata Velegda, l’Interprofession sésame dans son rôle de veille et d’orientation stratégique pour la filière, ambitionne améliorer les conditions cadres de collaboration entre les différents acteurs de la chaine de valeur et de promouvoir l’image du sésame du Burkina Faso sur le marché international », a souligné Yempabou Kouldiaty. D’ores et déjà, l’INTERSEB pour la campagne 2017-2018 prend des mesures pour la commercialisation du sésame. Il s’agit du démarrage de la collecte et la commercialisation du sésame à partir du 1er décembre 2017 ; de l’interdiction des achats au bord des champs pour les sociétés exportatrices de sésame ; de la mise en place d’un comité de réflexion pour proposer des prix plancher en début de chaque campagne.

Selon toujours les chiffres, de 2011 à 2015, le volume de sésame est passé de 58 500 tonnes à 171 500 tonnes, d’où l’intérêt et l’engagement du gouvernement à soutenir la filière que ce soit dans la recherche, la production, la transformation et la commercialisation. « Pour apporter des réponses adéquates et durables à ces préoccupations, le gouvernement, en plus des actions de soutien en cours, en collaboration avec ses partenaires, a décidé de renforcer la règlementation en vigueur à travers la prise de textes d’application du cahier de charges pour l’exportation du sésame.

En rappel, l’INTERSEB est une organisation interprofessionnelle de la filière sésame au Burkina Faso qui a pour objectif principal de contribuer à la promotion de la filière et à l’épanouissement de ses membres. Mise en place en place en mars 2016, ses membres fondateurs sont l’Union nationale des producteurs de sésame (UNAPROSEB), l’Association nationale des commerçants et exportateurs de sésame (ANACESB) et l’Association des transformateurs et transformatrices de sésame (ATS/B).

Ceci dit, la filière souffre d’une mauvaise structuration qui impacte l’efficacité de la collecte, ainsi que la connaissance et le respect des normes par les acteurs.  Interseb en a profité pour rappeler qu’il est interdit aux sociétés exportatrices d’acheter du sésame bord champ, indiquant qu’un comité serait mis en place au début de chaque campagne pour proposer un prix plancher.

La campagne s’ouvrira le 1er décembre et cette année selon les acteurs de la filière, devrait être plus fructueuse que la précédente en raison de la pluviométrie, dans l’ensemble, plus favorable au sésame et des superficies conservées voire augmentées.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *