Nécrologie : Jean-Baptiste Natama n’est plus

Jean-Baptiste Natama, officier militaire, ambassadeur et ancien fonctionnaire des Affaires étrangères et de l’Union Africaine, décédé dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 mars 2018 chez lui à Ouagadougou à 54 ans, aura défendu haut, toute sa vie, le drapeau du Burkina dans la guerre comme militaire et en temps de paix comme diplomate et faisait partie de ces jeunes burkinabè qui ont su s’imposer sur le plan intellectuel au-delà des frontières du pays.

JB-Natama-1Jean-Baptiste Natama avait, pendant des années, roulé sa bosse dans des écoles sur le continent et dans le reste du monde, comme enseignant visiteur pour le compte des Nations unies et de l’Union africaine.

C’était un homme politique qui avait du fond, proposant pendant la campagne presidentielle 2015, de moraliser la politique. C’est que Natama était un digne fils de la Révolution d’août. C’est aux côtés de Thomas Sankara qu’il a fait ses armes, en tant que membre de l’Organisation militaire révolutionnaire et du Conseil national de la révolution. Il n’a pas hésité à répondre à l’appel de Thomas Sankara pour défendre la patrie : il s’enrôle dans l’armée.

Il se fera remarquer dans la « guerre de Noël », entre le Mali et le Burkina Faso. Engagement qui va lui valoir une décoration, pour hauts faits de guerre par le président Thomas Sankara de la médaille d’or du Flambeau de la Révolution, équivalent aujourd’hui de la dignité de commandeur de l’ordre national.

Radié de l’armée en 1990 avec l’avènement du front populaire de Blaise Compaoré, il entame une carrière diplomatique aux seins des Nations unies. Il va servir surtout dans les grands lacs au compte de l’ONU et au Soudan pour l’Union africaine.

JB-Natama-2En 2006, il rentre au bercail pour occuper le poste de Secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) et du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad). En octobre 2008 il publie son rapport sur le régime Compaoré. Il y dénonce notamment le manque d’indépendance de la justice et la mauvaise gouvernance.

De 2012 à 2015, il a été directeur de cabinet de la présidente de l’Union africaine, Dlamini Zuma. C’est de ce poste qu’il a démissionné pour prendre part à l’élection présidentielle de 2015. Militaire, politique, JBN est aussi écrivain. Il compte à son actif plusieurs publications dont ” Tourbillon et Paroles bleues”, recueil de poèmes, en 2004, ” Les droits de l’Homme et le Mécanisme Africain d’Évaluation par les pairs”, en 2009, ” le Manifeste pour une Jeunesse responsable” en 2013, ” Par-dessus la barre haute, Jean-Baptiste Natama un nouveau leadership africain”, en 2014.

Source : Radio Oméga


Décès de Jean-Baptiste Natama : les condoléances de l’UPC

C’est avec une profonde tristesse que l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a appris le décès soudain de Son Excellence Monsieur Jean-Baptiste NATAMA, ce dimanche 18 mars 2018 à Ouagadougou. L’UPC présente ses sincères condoléances à la famille de l’illustre disparu, ainsi qu’à ses compagnons politiques.

L’UPC garde de Jean-Baptiste NATAMA, son courage politique exceptionnel, son sens de l’humanisme, et ses succès diplomatiques qui font la fierté du Burkina Faso. L’homme avait également une grande proximité avec la jeunesse burkinabè et africaine.

Que Jean-Baptiste NATAMA repose en paix, sur la terre bénie du Burkina Faso qu’il a tant chérie !

Ouagadougou, le 18 mars 2018

Pour le Bureau politique national de l’UPC

Le porte-parole

Rabi YAMEOGO

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *