Sortie de Ablassé Ouédraogo sur l’affaire Norbert Zongo : mise au point des avocats de la famille

Suite aux propos infamants tenus par Monsieur Ablassé OUEDRAOGO, Président de Le Faso Autrement à l’émission Controverse de la Télévision Nationale du Burkina du jeudi 15 mars 2018 et repris dans des médias, la défense des ayants-droit de Norbert ZONGO et de ses compagnons tiennent à faire la mise au point qui suit : en effet, contrairement aux propos mensongers et diffamatoires de Ablassé OUEDRAOGO selon lesquels « le cas Norbert ZONGO a été réglé financièrement », la défense des ayants-cause de Norbert ZONGO et de ses compagnons d’infortune voudrait rappeler que nonobstant l’exécution intégrale et pécuniaire par  l’Etat du Burkina Faso de l’arrêt rendu le 05 juin 2015 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), une ordonnance de réouverture d’information a été prise le 04 avril 2015, suite au réquisitoire du Procureur Général aux fins de saisine de juge d’instruction en date du 20 mars 2015.

Feu Norbert Zongo, directeur de publication de l'hebdomadaire L'Indépendant

Feu Norbert Zongo, directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant

Aussi, dans le cadre de cette reprise de l’instruction, le Juge d’instruction est en train de poser des actes qui l’ont conduit à des auditions, à des inculpations et à des mandats dont le mandat d’arrêt international lancé contre Monsieur François COMPAORE, arrêté et placé sous surveillance judiciaire à Paris en France et dont le procès en principe est programmé pour le 28 mars prochain.

La défense des ayants-droit de Norbert ZONGO et de ses compagnons voudrait rassurer l’opinion nationale et internationale de ce qu’une information est ouverte dans un cabinet d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou et elle invite tous les démocrates et tous ceux qui sont épris des valeurs défendues par le journaliste Norbert ZONGO à rester vigilants et sereins dans la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert ZONGO et ses compagnons cruellement et sauvagement assassinés le 13 décembre 1998 à Sapouy.

Fait à Ouagadougou, le 20 mars 2018

Pour les ayants droit

Maître Bénéwendé S. SANKARA

Avocat

Maître Prosper FARAMA

Avocat 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *