Grève au ministère en charge de l’économie : l’opposition invite le gouvernement à s’entendre avec les syndicats

Le Cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC/CFOP) a tenu une réunion ordinaire le mercredi 04 avril 2018 au siège du CFOP à Ouagadougou. La rencontre, présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, avait les points suivants inscrits à son ordre du jour :

-La contribution  de  l’Opposition politique à  la question de la réconciliation nationale ;

-La modification de la loi organique relative au Conseil Supérieur de la Communication ;

-La vie du Cadre de concertation ;

-La situation nationale.

Zéphirin Diabré, président de l'Union pour le progrès et le changement (UPC) et chef de file de l'opposition politique (CFOP)

Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et chef de file de l’opposition politique (CFOP)

Sur le premier point, il convient de rappeler que les partis membres du CFOP ont engagé une réflexion commune  sur l’épineuse  question de la réconciliation nationale, en vue de faire des propositions à la nation toute entière. Cette réflexion sera consignée dans un  mémorandum, qui sera rendu public. M. Jean Hubert BAZIE, président  de L’Espoir,  membre du comité de rédaction, a fait le point sur l’état d’avancement des travaux.

Au chapitre de la loi organique relative  au Conseil Supérieur de la communication(CSC), le CFOP a rappelé aux présidents de partis que le 19 mars 2018, il avait adressé une lettre au Président du Faso pour lui faire cas des remarques de l’Opposition concernant ledit projet de loi. Dans cette lettre, le CFOP attirait l’attention du chef de l’Etat, sur le fait que l’Opposition politique n’était  pas  prise en compte dans le mode de désignation des commissaires du CSC.

Le CFOP a porté à la connaissance des responsables politiques présents, la teneur de la réponse qu’il a reçue du chef de l’Etat. A sa suite, les présidents de groupes parlementaires d’opposition ont rendu compte au Cadre de concertation, du déroulement des travaux de l’Assemblée nationale sur cette question, aussi bien au niveau des commissions qu’au niveau  de la plénière.

L’Opposition politique réaffirme qu’au regard du rôle du CSC dans la régulation de l’information, dans l’équilibre de la démocratie et dans la préservation de la paix, il est important que toutes les sensibilités politiques se reconnaissent dans le CSC qui sera mis en place. L’Opposition politique sera donc très vigilante sur les prochaines étapes de la mise en application de la nouvelle loi.

Au chapitre de la vie du Cadre, le Chef de file de l’Opposition a informé les participants, qu’il a reçu une correspondance du ministre en charge des libertés publiques relative à une modification de certaines dispositions  de la  loi portant statut de l’Opposition. Après en avoir discuté, les membres du Cadre ont arrêté la position du CFOP sur la question, laquelle position sera portée à la connaissance du gouvernement.

Au titre de la situation nationale, les participants ont échangé sur la grève des travailleurs du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), sur le procès du putsch manqué et sur les activités de l’Opposition parlementaire.

Zéphirin Diabré, président de l'Union pour le progrès et le changement (UPC) et chef de file de l'opposition politique (CFOP)

Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et chef de file de l’opposition politique (CFOP)

L’Opposition politique s’inquiète de la tournure que prend la crise au MINEFID. Elle invite le Gouvernement à tout mettre en œuvre pour trouver un terrain d’entente avec les organisations syndicales. L’opposition observe que le climat social de notre pays est tendu depuis deux ans, parce le gouvernement  a échoué à négocier une trêve sociale dès le début de son mandat. C’est donc plus que jamais le moment de dialoguer franchement avec les organisations syndicales en vue de préserver la paix sociale, dans le seul intérêt de la nation.

Concernant le procès du putsch manqué, l’Opposition politique note qu’après une procédure longue et émaillée d’incidents, l’on s’apprête maintenant à entrer dans le vif du sujet. L’Opposition souhaite que toute la lumière soit faite sur cet épisode très douloureux de notre histoire politique récente.

Enfin, les présidents de groupes parlementaires d’opposition ont fait le point de leurs activités à l’Assemblée nationale. Il s’agit notamment d’organisations de journées parlementaires sur des sujets d’intérêt national et de participations aux travaux des commissions.

Débutée à 18h, la réunion a pris fin à 21h après l’examen de quelques points de divers.

Ouagadougou, le 05 avril 2018

Le Service de communication du Chef de file de l’Opposition politique

N.B : le surtitre et le titre sont du site

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *