Constitution de la Ve république : l’opposition pour son adoption par référendum

Les partis politiques membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ont tenu une réunion ordinaire le mercredi 02 mai 2018 au siège du CFOP à Ouagadougou. La réunion, qui était présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, avait deux points inscrits à son ordre du jour :

-Les suites de la concertation récente avec le Président du Faso ;

-La nouvelle orientation de la communication du CFOP.

Une vue de la délégation de l'opposition conduite par son chef de file, Zéphirin Diabré (au premier plan), à son arrivée au palais présidentiel de Kosyam le 19 avril 2018

Une vue de la délégation de l’opposition conduite par son chef de file, Zéphirin Diabré (au premier plan), à son arrivée au palais présidentiel de Kosyam le 19 avril 2018

I – LA  CONCERTATION AVEC LE PRESIDENT DU FASO

En rappel, le Jeudi 19 Avril dernier, une délégation du CFOP s’est rendue au Palais de Kossyam à l’invitation du Président du Faso en vue de prendre part à des entretiens sur la question de la nouvelle constitution et la question du vote des Burkinabè de l’Etranger.

  1. Sur la nouvelle constitution

Bien que les échanges n’aient pas encore abouti à une conclusion, l’Opposition politique est à même de donner ici des indications sur certaines positions qu’elle entend défendre  relativement à certaines questions soulevées lors de la rencontre. Elle le fait aussi par souci de transparence et en réponse aux nombreux questionnements de ses partisans et sympathisants.

Ainsi, s’agissant de la procédure d’adoption de la nouvelle constitution, l’Opposition politique estime que, conformément à l’avis des éminents juristes et aux recommandations du Conseil constitutionnel, elle doit se faire par référendum. Les difficultés économiques que traverse notre pays auraient pu être un motif  pour faire adopter cette nouvelle constitution par la voie parlementaire. Il se trouve que du strict point de vue juridique, c’est la voie référendaire qui s’impose. La démocratie, c’est aussi le respect strict de la règle de droit. L’Opposition invite donc le gouvernement à s’y conformer.

Au-delà de la procédure, une question qui se pose est celle de la bonne période pour organiser un tel référendum. En la matière, pour l’Opposition, l’avis technique de la CENI doit être le principal facteur devant éclairer la décision. Tout doit être fait pour que la CENI puisse respecter le calendrier de ses engagements jusqu’à l’élection de 2020.

En abordant cette question, les chefs de partis membres du CFOP se sont interrogés sur les manières les plus efficaces et les plus économes de réaliser les révisions annuelles des listes électorales. L’opinion qui se dégage, c’est que pour ces révisions partielles, il n’est peut-être pas nécessaire que les équipes de le CENI se déploient jusqu’au niveau village. En limitant la présence de ces équipes, en ayant une bonne communication et en responsabilisant les partis politiques dans le travail de mobilisation, il devrait être possible de faire une révision qui coûte beaucoup moins cher et qui soit de bonne qualité. Les chefs de partis membres du CFOP vont continuer la réflexion sur la question. Toutes les opinions et propositions des sympathisants sont les bienvenues.

  1. Sur le vote des Burkinabè de l’étranger

A propos du vote des Burkinabè de l’extérieur, l’Opposition politique réaffirme l’impérieuse nécessité que ce vote ait lieu en 2020. Après de nombreux rendez-vous manqués, il n’est plus possible de demander à nos compatriotes résidant à l’étranger d’attendre encore après 2020 pour exercer leur droit civique.

Ce rendez-vous de 2020 n’est pas négociable car le pouvoir du MPP était averti depuis son installation que le vote des Burkinabè de l’extérieur aura lieu en 2020. Il disposait donc de cinq années pleines pour mener toutes les actions permettant l’enrôlement des électeurs de la diaspora. Tout  retard qui est enregistré sera  donc de son entière responsabilité.

L’opposition politique s’inquiète des opinions émises par certains ténors de la majorité et par les activistes patentés du MPP et qui tendent manifestement  à préparer l’opinion à un report de  ce vote. Des officines de propagande à la solde du pouvoir distillent déjà des arguments fallacieux relatifs à la situation de nos compatriotes dans des pays comme la  Côte d’Ivoire, ou concernant les documents de votation. Derrière toute cette gymnastique intellectuelle se profile la peur bleue que le vote des Burkinabè de l’extérieur ne soit pas favorable au régime en place. En particulier, celui de la Côte d’Ivoire est craint de nos gouvernants.

Pour l’Opposition politique, le vote des Burkinabè de l’étranger ne doit pas être lié à des spéculations  politiques sur le sens éventuel de leur vote. Il n’y a aucune raison que le Burkina Faso ne puisse pas faire ce que des pays comme le Sénégal, le Mali, la Guinée et beaucoup d’autres pays africains font depuis des décennies.

L’opposition politique sera donc très vigilante sur la question. Tout comme elle sera vigilante sur la question du nouveau code électoral. L’opposition a transmis ses observations au gouvernement. Entre autres choses, l’Opposition politique exige que ce nouveau code  soit expurgé des dispositions de la loi portant exclusion des citoyens qui auraient soutenu la révision de l’article 37 de la Constitution.

II – LA NOUVELLE COMMUNICATION DU CFOP

L’Opposition politique note avec satisfaction que l’opinion publique est de plus en plus avide d’entendre son opinion sur toutes les questions touchant d’une manière ou d’une autre à la vie nationale. L’opposition politique y voit une marque de considération et d’adhésion à son action, toute chose qui l’encourage à persévérer. Elle tient à expliquer aux uns et aux autres, que son manque de réactivité sur certaines questions s’explique par le mode de fonctionnement du CFOP. En effet, sur une question majeure donnée, le chef de file doit prendre l’avis des 34 partis membres du CFOP et essayer de dégager une position minimale commune, lorsque celle-ci existe. Le chef de file n’est qu’un porte-parole. Il ne peut exprimer une opinion que si celle-ci est validée par tous les partis membres du CFOP. Or, à l’image de la démocratie libérale dans laquelle nous baignons, notre opposition est très plurielle, et sur certaines questions, les opinions peuvent être diverses. C’est ce qui explique le retard mis  parfois à réagir, ou même en certaines occasions  le silence observé.

Dans le souci de continuer à faire mieux dans ce domaine, le CFOP va améliorer la rapidité de  son mécanisme de concertation. Et pour communier davantage avec les citoyens, il est désormais institué  un point de presse hebdomadaire, chaque mardi à 10h au siège du CFOP. Ce  rendez-vous avec la presse débutera  le mardi 08 mai 2018. Il sera l’occasion pour une délégation du CFOP, de donner l’opinion  de l’institution sur les grandes questions de l’heure touchant à la vie nationale.

Débutée à 18h, la réunion a pris fin à 20h 30, dans une ambiance toute cordiale.

Ouagadougou, le 03 mai 2018

Le service de communication du Chef de file de l’Opposition

NDLR : le surtitre et le titre sont du site

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *