Ministère de la femme de la solidarité nationale et de la famille : Les travailleurs décrètent un mot d’ordre de grève de 48 heures

Les travailleurs du ministère de la femme de la solidarité nationale et de la famille partent en grève de quarante huit heures à compter du 7 décembre prochain pour exiger de leur ministre de tutelle, la satisfaction de leur plate-forme revendicative résumée en huit points essentiels et déposé depuis 2014. Les responsables syndicales étaient face aux hommes et femmes de médias hier 05 décembre 2016. C’était en faveur d’une conférence de presse qu’ils ont animé à la bourse du travail de Ouagadougou.

dsc00002
« Malgré les conférences de presse, les sit-in et autres actions multiformes menées par nos structures pour dénoncer la gouvernance actuelle du ministère, les autorités ont manifesté une attitude de mépris vis-à-vis des préoccupations légitimes exprimées jusque-là ». De ce fait, « Nous portons à votre connaissance que nos organisations appellent les travailleurs du ministère de la femme de la solidarité nationale et de la famille à observer un arrêt de travail de 48 heures sur toute l’étendue du territoire national pour compter du mercredi, 7 au jeudi 8 décembre 2016 pour exiger la satisfaction de la plate-forme minimale(…) ». Voici la substance de la déclaration liminaire du syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS) lu par son porte-parole Juste Koumara Logobana.

Le syndicat dans sa déclaration exige du ministre Laure Zongo/Hien, la satisfaction de leurs plate-forme repartie en huit points. Il s’agit de l’annulation des nominations « de complaisance » de certains agents, l’application des conclusions du comité interministériel en charge d’examiner la question de la reconstitution de la carrière du personnel des ex-garderies populaires, le rétablissement de l’indemnité spéciale d’accueil et de permanence injustement supprimée, pour compter de sa date de suppression (2011) et son élargissement à tous les emplois spécifiques du ministère, la dotation des services du ministère en équipement et moyens logistiques suffisants pour une meilleure prise en charge de nos publics cibles.

L’adoption d’un statut particulier au profit des personnels du ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille ; l’institutionnalisation d’une prestation de serment du personnel spécifique (personnel d’encadrement féminin) en vue de leur permettre de mieux accomplir mandat professionnel ; la réhabilitation du domaine de l’éducation de jeunes enfants désorganisé par la mise en œuvre du transfert du préscolaire et du post-primaire au MENA et la prise en compte effective de tous les corps spécifiques du département (travailleurs sociaux, personnel d’encadrement féminin) sans discrimination aux poste de responsabilités font également partis des points revendicatives du syndicat.

dsc00008Pendant ses 48 heures de grève, les travailleurs du dit ministère des treize régions afficheront leur engagement détermination à faire de leur nécessaire pour la satisfaction de leur plate-forme. Pour cela il sera organisé à Ouagadougou un meeting à la bourse du travail le premier jour de la grève et une marche pacifique le dernier jour, nous apprend le porte-parole.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *