L’indépendance économique de l’Afrique : L’association Œil d’Afrique plaide pour un développement endogène

Promouvoir les ressources locales pour le développement économique de l’Afrique telle est la vision de l’Association Œil d’Afrique qui exige la rupture de l’Afrique noire avec le franc de la Communauté Financière de l’Afrique (CFA). Pour ce faire, l’association à animé hier mercredi 7 décembre 2016 à Ouagadougou une conférence de presse au cours de laquelle elle s’indigne de l’indépendance actuelle de l’Afrique et l’utilisation de ces ressources.

dsc00029Créée en févier 2008, l’Association Œil d’Afrik est une association dont l’objectif est de participer activement à la mise en œuvre des programmes de développement, de souveraineté économique et culturel des gouvernements africains pour une intégration efficace de l’Afrique ; de participer à la sensibilisation pour la mise en place d’une zone monétaire optimale en Afrique ; et encourager et soutenir la création d’une monnaie africaine.

La présente conférence pour l’association vise à apporter des critiques sur l’indépendance actuelle de l’Afrique notamment l’Afrique noire où le franc CFA est utilisé. Œil d’Afrik estime en effet que le franc CFA demeure une monnaie coloniale imposée par la France afin d’avoir une main mise sur son développement économique africaine et l’Afrique ne pourra jamais se développer tant que ses dirigeants ne disent pas « non » à cette monnaie. Le président de l’association Larba Israël LOMPO, indique que la création de cette monnaie ne pourra se faire du jour au lendemain et nécessiterait n combat de dur labeur.

Le développement endogène

dsc00032Le développement de l’Afrique passe nécessairement par la mise en valeur des ressources disponible estime le président de l’association tout en citant la chine pour exemple. « La Chine s’est développée sans aucune aide financière extérieure. En 201, lorsqu’elle est rentrée à l’OMC, elle a conquis et dominé le marché international en imposant aux investisseurs étrangers de venir investir chez elle s’ils ne veulent pas être phagocytés par elle. La Chine n’a jamais fait de conférence pour convaincre qui que ce soit à venir investir en Chine. Les chinois ont compris qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes » fustige Lompo dans sa déclaration. Pour lui, l’Afrique doit se contenter de son sous-développement. « Faisons de notre sous-développement une richesse. C’est en cela que viendra le véritable développement économique et social”.

Il invite de ce fait les diriger africains à jeter un regard sur les potentialités, les ressources existantes afin de promouvoir leur propre développement que de ce contenter de l’extérieur qui ne rapporte que de la misère et dépendance totale.

Marche-meeting à Ouaga

Pour arriver à financer ce développement endogène, le Président de Œil d’Afrik propose entre autres le rapatriement des Fonds africains détenus dans les comptes d’opérations en France, la renégociation des coopérations économiques avec la France, l’imposition d’un ultimatum de trois à cinq ans aux sociétés cotonnières pour la transformation complète du coton sur le sol africain. L’installation des industries de transformation des matières (cotons, arachides, sésames, cafés, cacaos, haricots, noix de karités…) en produit.

Convaincu de la justesse de sa lutte pour une indépendance économique du contient, Œil d’Afrik entend mener des activités afin d’amener les populations à comprendre les enjeux liés à une rupture avec le franc CFA et à enclencher un développement endogène.

Il est déjà prévu les 07 janvier et 10 juin 2017 une marche-meeting à Ouagadougou avec le même mot d’ordre : indépendance économique de l’Afrique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *