Crise Otraf-UCRB: signature d’un accord de sortie de crise

Après la signature d’un protocole d’accord ce lundi, le gouvernement burkinabè va lever la suspension qui pesait sur les activités de l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) et de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) dont les mésententes internes avaient créé, en début du mois, des graves pénuries dans le pays.

ttranspor«Compte tenu des évolutions positives que nous venons de constater ce (lundi) matin, je prendrais toutes les dispositions au niveau de mon gouvernement (…..) pour lever la mesure de suspension qui pesait sur les deux organisations à savoir l’OTRAF et l’UCRB», a affirmé le  premier ministre Paul. Kaba Thiéba

Le chef du gouvernement s’exprimait lundi à Ouagadougou, à l’issue d’une signature d’un protocole d’accord entre l’OTRAF, l’UCRB et le Haut conseil pour le dialogue social (HCDS).

Le Premier ministre a félicité le HCDS pour sa médiation et les deux syndicats pour leur sens patriotique, en privilégiant l’intérêt national pour parvenir donc à la paix social dans ce secteur vital pour l’économie nationale.

En rappel, les chauffeurs routiers ont bloqué en début du mois, les différents corridors du Burkina Faso (pays enclavé), pour exiger la démission du président de l’Organisation des transporteurs du Faso (OTRAF) El Hadj Oussoufou Maïga, accusé de tout monopoliser pour soi.

Cette situation a créé de graves pénuries notamment de carburant dans les grandes villes du Burkina.

Face à cette situation, le gouvernement avait suspendu les activités de L’OTRAF et l’UCRB.

Selon M. Thiéba, cette sortie de crise va permettre à nouveau aux deux structures,  d’exercer leurs prérogatives dans le transport et l’organisation des frets sur les différents corridors.

«Je donnerais également des instructions afin qu’une commission soit instituée par l’ensemble des parties de l’OTRAF, de l’UCRB mais également du HCDS et le gouvernement de manière à ce que les points qui ont été consignés dans le procès-verbal de réconciliation soient scrupuleusement respectés », a soutenu Paul Kaba Thiéba.

Le président de l’UCRB, Brahima Rabo, a expliqué que la levée de la suspension va leur permettre de repartir sur le terrain et essayer de défendre leurs camarades routiers qui souffrent actuellement sur les corridors.

Il s’est dit satisfait de l’accord car les autorités ont décidé de mettre en place des  bons de chargement au niveau des trois ports à savoir celui du Benin, du Togo, et  de la Côte d’ivoire.

«Nous avons confiance en ce qui a été dit pendant la rencontre et nous espérons que nos conditions de vie et de travail seront améliorées», a-t-il ajouté.

De l’avis du président de l’OTRAF, El Hadj Oussoufou Maïga, la signature du procès-verbal permet de « ressouder » une hémorragie à la suite d’une déchirure de la famille des transporteurs.

Il a salué l’engagement des dirigeants à résoudre la crise qui prévalait dans le secteur de transport,  car selon lui, cette situation dépassait les compétences des acteurs.

El Hadj Maïga a signalé que le gouvernement doit travailler avec les pays voisins  pour réviser les accords en matière de transports qui datent de 1984.

 

«C’est une bonne occasion aujourd’hui pour nous d’avoir la main tendue  du gouvernement, l’accompagnement de tous les sages et la bénédiction des conducteurs qui ont compris que c’est l’union qui fait la force et non l’individu», a-t-il conclu.

Agence d’Information du Burkina

ad-no/ata

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *