L’IBB condamne la brutalité continue à l’encontre des dirigeants syndicaux au Zimbabwe

 L’Internationale des travailleurs du Bâtiment et du Bois est choquée par les mesures répressives prises par le nouveau gouvernement du Zimbabwe contre les droits des travailleurs.

Tout en prêchant la paix, le nouveau gouvernement continue d’utiliser des lois répressives telles que la loi sur la protection de l’ordre public (POSA). La police zimbabwéenne a arrêté des dirigeants syndicaux et des dizaines de militants qui avaient prévu de manifester le 11 octobre contre une augmentation de 2% de la taxe de transaction annoncée récemment, qui aurait entraîné une flambée des prix, aggravant encore la crise économique et laissant les travailleurs appauvris.

 

Sept dirigeants du Congrès des syndicats du Zimbabwe (ZCTU), dont le président Peter Mutasa et le secrétaire général Japhet Moyo, ont été battus, ont passé une nuit en garde à vue et, après avoir été relâchés moyennant 50 dollars, chacun d’eux a été sommé de comparaître devant le tribunal.

 

Actuellement, plus de 40 syndicalistes ont été arrêtés dans tout le pays et 26 membres du ZCTU et membres du syndicat étaient en résidence surveillée au siège du ZCTU à Harare, mais ont ensuite été secourus le même jour par les avocats zimbabwéens des droits de l’homme (ZLHR).

 

Bien que la grève soit un droit constitutionnel, la police zimbabwéenne a utilisé la récente épidémie de choléra dans le pays pour justifier l’interdiction de la manifestation du ZCTU. Il a été noté que la police continue d’appliquer la loi de manière sélective en fonction de son affiliation politique. Tous les rassemblements du parti au pouvoir, la ZANU-PF, ainsi que d’autres événements publics qui ne semblent pas remettre en cause les mauvaises politiques du gouvernement actuel ont été autorisés à se poursuivre.

 

Ambet Yuson, secrétaire général de l’IBB, condamne fermement la répression continue des travailleurs dans un pays qui a connu des difficultés économiques au-delà de l’ère Robert Mugabe. Il a déclaré : « L’arrestation brutale des dirigeants du ZCTU au siège de Harare et d’autres syndicalistes à travers le pays est un acte perpétuant des violations des droits syndicaux, comme ce fut le cas sous l’ère Mugabe. Ceci est contraire à la Constitution du Zimbabwe qui donne aux travailleurs le droit de manifester. ”

Par conséquent, l’IBB demande au gouvernement du Zimbabwe de mettre immédiatement fin à la répression brutale des travailleurs, de respecter la liberté syndicale et de permettre aux travailleurs de manifester pacifiquement, comme le prévoit la Constitution du Zimbabwe.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *