Dédicace de livre : Le leadership sous la plume de Nazi Kaboré

Titrée « Y ‘a-t-il un cap’ tain dans l’équipe ? », la dernière parution de Nazi Kaboré est composée de deux volumes qui sont : « Le leadership 1 : concepts et mobilisation des suiveurs » et « Le leadership 2 : organisation motivante et management d’équipes ». Formateur en gouvernance personnelle, relationnelle et organisationnelle, l’auteur a voulu, par une littérature bien fournie et des témoignages poignants, offrir un  repère aux  entrepreneurs et décideurs de tous les domaines d’activité. Que ce soit pour qu’ils incarnent mieux le leadership par une bonne mobilisation des suiveurs ou qu’ils soient de  bons managers d’équipes de travail, cette série d’ouvrages dédicacée le 29 janvier 2019  aux Archives nationales en donne les recettes.

Selon l’auteur, « Y a-t-il un cap’tain dans l’équipe ?», paru aux éditions Ecovie, traite de leadership. Le livre part du principe qu’un leader doit mobiliser d’abord ses collaborateurs et ses suiveurs. Ensuite, il doit les organiser pour que chacun joue en synergie sa partition. Il doit aussi les mobiliser afin que chacun donne le meilleur de lui-même individuellement et en équipe. Nazi Kaboré ne restreint pas le leadership aux diplômés des grandes institutions  mais le situe à chaque niveau de responsabilité. Celui-ci, dans sa série d’ouvrages de deux volumes, a expliqué que chacun  de nous a une position de leader et, de ce fait, doit jouer son rôle pour que toute la société puisse avancer. En termes simples, l’écrivain définit le leader comme « quelqu’un qui a identifié un problème qui affecte sérieusement des gens et se rend compte qu’il ne peut pas le résoudre tout seul ; il mobilise alors les concernés et bien d’autres personnes. Ce dernier, par son charisme, les convainc de s’attaquer au problème, de relever le défi. Et une fois que les gens l’entourent, il doit les organiser en donnant à chacun une tâche particulière». De plus, l’homme à la plume, qui  estime que dans toute organisation les conflits sont inéluctables, souligne que le leader doit être capable de détecter et de prévenir les sources de conflits et, éventuellement, de gérer ces antagonismes par des méthodes participatives s’ils venaient à éclater.Commenazi2exemple de leader pris parmi tant d’autres, Nazi Kaboré livre un témoignage d’une visite du cardinal Philippe Ouédraogo dans une paroisse de la zone sud de la ville de Ouagadougou dont  un des fidèles catholiques avait offert de la terre  pour le remblayage de la cour de l’église, terre qui était  toujours entasséeMis au parfum de cette information par le curé, le cardinal prit une brouette et se mit à la tâche de sorte que quelques heures plus tard, le travail était terminéÀ en croire l’auteur Kaboré, « ce document, pris dans le contexte politique burkinabè, démontre que nous n’avons pas de vrais leaders au pays des hommes intègres». A son avis, le leader sert les vrais intérêts de son entourage ; il ne se sert pas et n’attend pas qu’on le serve. L’auteur martèle que les bons leaders sont dignes de confiance, constituent des modèles à suivre avec obligation de résultat et sont très exemplaires.

A cette cérémonie dédicatoire tenue aux Archives nationales étaient présentes des personnalités telles des professeurs d’université, des écrivains et des responsables d’entreprise. De l’avis du représentant du parrain de la cérémonie, avec ce document, point n’est besoin d’aller dans une université pour acquérir le comportement d’un bon leader. Il recommande l’ouvrage à tous les Burkinabè, à commencer par les jeunes, qui pourront y puiser une richesse incommensurable. Pour Oger Kaboré, écrivain et chercheur au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST), « les ouvrages de Nazi Kaboré sont d’une importance capitale pour les Burkinabè et même le monde entier en ce sens que la question du développement personnel abordée peut aider le lecteur à découvrir des talents et qualités qui étaient nazi3endormis en lui et procéder à leur mise en valeur ; chose qui, sans doute, lui profitera ainsi qu’à la nation. Quiconque s’approprie cet ouvrage et le met en pratique n’aura pas à le regretter ».

Ce document combien riche en leçons et témoignages est le neuvième ouvrage de Nazi Kaboré, qui promet de continuer, par sa plume, à contribuer à l’édification de la nation burkinabè, laquelle souffre actuellement de plusieurs maux sociaux.

Saâhar-yaon Christian Somé Békuoné

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *