Port sec de Bobo: Un joyau pour le transit du fret.

Créé en 2010 pour soulager le secteur du transport et du commerce, le port sec de Bobo Dioulasso est aujourd’hui l’une des plateformes de transit les plus importants du Burkina Faso. Il accueil tout type de marchandise en provenance des pays de la sous région.

Le Burkina Faso est un pays enclavé, qui n’a accès à la mer qu’à travers ses pays voisins, la Côte d’Ivoire, Le Ghana, le Togo et le Bénin. Ce qui n’est pas souvent aisé, surtout pour le secteur du commerce, du transport et partant tout le trafic routier.

Pour Soutenir et alléger ces secteurs, le pays s’est doté en janvier 2010 d’une plateforme moderne de réception et de traitement des marchandises dans la ville de Bobo Dioulasso, ville carrefour et capital économique du pays. La création de cette plateforme connue sous le nom de port sec ou encore de gare routière internationale  dans la ville de Bobo Dioulasso se justifie non seulement par le niveau d’activités économiques dans ladite ville mais aussi par sa localisation géographique en tant que carrefour d’échanges commerciaux à destination ou en provenance du Mali, du Niger, de Côte d’Ivoire, du Ghana et des autres régions du Burkina.

La réalisation du port sec encore appelé  Boborinter a été envisagée en deux phases dont la première est entrée en exploitation en janvier 2010. Véritable station de transit et de traitement de marchandise, le port sec de Bobo fonctionne à l’image d’un guichet unique, en ce sens que tous les services intervenant dans la chaîne du transport et de la commercialisation s’y trouvent.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *