Contribution du secteur minier au Burkina : Le rapport d’ITIE affiche une somme de Plus de 141 600 milliards de FCFA générés en 2014 pays le Burkina Faso

Le Secrétariat Permanent de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) a présenté hier mardi 20 décembre 2016 aux hommes de médias son rapport d’activités de 2014 et de 2015. Ce rapport fait état des différents revenus générés par les produits du sous-sol Burkinabè, en occurrence l’or et le Zinc. C’était au cours d’une conférence de presse que les responsables ont animé à Ouagadougou.
dsc00024« Cent quarante un mille six cent huit milliards (141 608 000 000 000) de FCFA » et « cent trente huit mille sept cent quatorze milliards (138 714 000 000 000) de franc FCFA », ce sont les revenus générés par le secteur minier pour l’année 2014 et 2015 au Burkina Faso. Le secrétariat permanent composé des membres de la société civile et des représentants du gouvernement en vue d’apporter plus de transparence au rapport ont fait appel à un administrateur indépendant pour le rapport et sa tâche consistait à « collecter, rapporter et à compiler les paiement versés à l’État et déclarés par les entreprises extractives détentrices de titre minier au Burkina Faso ainsi que des recettes provenant de ces entreprises déclarées par l’Etat pour les années 2014 et 2015″.

dsc00023Il ressort de ce rapport que l’exploitation industrielle de l’or occupe une place importante dans les revenus générés pendant les deux années par rapport aux autres soit (96%) en 2014 et (95%) en 2015. Ce rapport présente une baisse de production de zinc qui passe de cent trente cinq mille virgule quatre (135.4) tonnes en 2014 à cent trente quatre mille six cent quarante trois (134 643) tonnes en 2015.

Au terme de son analyse, l’administrateur indépendant affiche un motif global de satisfaction au regard de la déclaration liminaire. « Au regard de tous, l’administrateur indépendant a conclu que le rapport couvre de manière satisfaisante, l’ensemble des revenus signifiants provenant du secteur extractif au Burkina Faso pour l’année 2014″. Notons que c’est le rapport de 2014 qui a été odopté par l’assemblée. Il a cependant formulé des recommandations en vue d’améliorer la mise en œuvre du processus ITIE au Burkina Faso.

Il s’agit de prévoir de critères d’analytiques plus rigoureux, en matière de capacités techniques et financières, pour la conduite des évaluations des demandes d’octroi des titres et autorisations miniers ; l’application régulière de la législation en vigueur et des procédures d’octroi des titres et autorisations miniers et l’établissement d’une feuille de route en prenant en considération les résultats de la collecte des données relatives à la propriété réelle dans le cadre du présent rapport.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *