Secteur 45 de Ouagadougou : Un conflit de parcelle oppose les habitants de la zone non-lotis à un particulier.

Les habitants de la zone non-lotis du secteur 45, arrondissement 10 de Ouagadougou étaient mobilisés le jeudi 30 mars dernier pour présenter leur mécontentement face aux autorités dudit arrondissement pour n’avoir pas pris de bonne décision pour résoudre la situation conflictuelle qui les opposent à un promoteur d’école du nom de Soré Boukaré. Ses habitants ont manifesté leur mécontentement en présence de la presse qui était convoquée à cet effet.

DSC00015Les conflits de parcelles ne cessent de faire du bruit à Ouagadougou malgré l’interdiction de lotissement et d’attribution de parcelle au Burkina Faso et le dernier en date est celui qui oppose les habitants du non-lotis de Tab-tenga à monsieur Soré Boukaré, promoteur d’école. Le moins qu’on ne puisse dire est que le gouvernement Paul Kaba Thiéba doit redoubler de vigilance au niveau des arrondissements et les communes s’il ne veut pas être surpris.

L’affaire selon ces habitants qui sont réunis en coalition remonte en 2003 où ses habitants résidents du non-lotis avaient été identifiés suite à une opération de recensement effectuée par la mairie de Bogodogo. Cette opération a permis aux résidents de ladite zone de disposer des garanties (numéro de concession et un bornage de la zone) moyennant le paiement d’une somme allant de 50 000 à 100 000f CFA. Disposant toutes les garanties, certains de ces habitants se retrouvent depuis un certains temps être menacé de quitter leur habitation au profit d’un particulier « non résident » de cette zone créant ainsi le conflit.

DSC00019Pendant que ces habitants « résidents » étaient en attente du lotissement, en 2014, ils ont été surpris de voir un promoteur d’école qui à déjà commencer à borner une parcelle et a commencé les travaux de construction d’une complexe. Ne comprenant rien de la situation, ils ont saisi les autorités municipales en l’occurrence le maire de l’arrondissement 10 qui ordonna l’arrêt des travaux, un arrêt qui ne va durée que quelques années puisqu’après le départ du maire qui avait pris la décision d’arrêter le chantier, un autre viendra avec une décision contraire et cette fois-ci appuyé d’une décision judiciaire qui autorise monsieur Soré à poursuivre les travaux et aux résidents concernés de quitter les lieux.

« Une rencontre de conciliation à la mairie a été proposée par le maire. A cette rencontre, la proposition du maire a été que nous permettons à monsieur Soré de poursuivre ses travaux et en contrepartie, il nous a été proposé une somme de 300 000f CFA contre la démolition de la mosquée et 100 000 par concession habitée, chose que nous ne saurions accepter. Le lendemain de cette rencontre, à notre grande surprise, un huissier de justice accompagné par deux véhicules chargés de policiers bien équipés sont venus nous signifier une décision de justice qui nous ordonne de déguerpir dans un délai de huit jours avec une amende de 574 016 f CFA à payer. Expirer ce délai de déguerpissement, une pénalité de 50 000 F/jour est imposé » Foi de Kéré dans la lecture de la déclaration. Notons que la parcelle en question se trouve dans une zone de réserve foncière.

Ne voulant pas se laisser-faire, les habitants ont organisé un mouvement de protestation pour exiger l’arrêt des travaux, les habitants dans leur mouvement de colère se sont vus filmé par le promoteur de l’école en question et en voulant s’opposer, ils ont été menacés par celui-ci avec une arme. « Le 30 janvier 2017, une altercation s’est produite sur le terrain suite à l’arrivée des maçons qui voulaient ériger une clôture entourant la réserve y compris nos habitation malgré l’interdiction formelle construction du maire de l’arrondissement dans les secteurs 43, 44 et 45 jusqu’à nouvel ordre, monsieur Soré lui-même est sorti de l’école avec un appareil pour filmer notre mouvement de colère. La population a refusé d’être filmée. C’est alors qu’à la grande surprise de tous, monsieur Soré a tiré par deux fois sur Welgo Zakaria et sur une vieille. Les habitants face à cette situation en légitime défense ont retiré l’arme en question et remettre à la gendarmerie… ». Nous dit le porte-parole monsieur Kere Jérémie.

DSC00017Les habitants à travers cette rencontre avec les hommes de média dénoncent tous les manœuvres en cours pour les chasser, exigent des enquêtes et un audit pour faire lumière sur les lotissements frauduleux, exigent justice pour les populations brimées et appellent toute la population de l’arrondissement 10 de Ouagadougou et les associations de lutte et de défense du droit au logement et toutes les structures… à les soutenir dans leur lutte.

Cette conférence a vu la présence de la coalition des associations pour la défense du droit au logement représenté par sont président Seydou Traoré et le secrétaire Général Pama Nébié

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *