MOHAMED KOFFI : « «La CAN 2013 était l’un des meilleurs moments de ma carrière »

En vacance au Burkina Faso après une saison passée dans son nouveau club, Al-Ettifaq club, nous avons rencontré l’international Burkinabè, vice champion d’Afrique CAN 2013 Mohamed Koffi pour une interview. Les échanges se sont tournés autour de sa carrière avec son nouveau club, ces ambitions pour l’avenir, ses relations avec les joueurs Burkinabè, l’entraîneur Paulot Duarte et les raisons de son absence à l’équipe nationale depuis un certain temps. Mohamed Koffi après plusieurs années passées en Egypte avec le Zamalek sporting club a été prête à Al-Ettifaq club la saison dernière avec une option d’achat.

OS : Comment s’est passé votre saison avec votre nouveau club Al-Ettifaq club?
MK : « Ma saison avec mon nouveau club Al-Ettifaq club était bonne vu que j’ai été prêté par mon club Zamalek sporting club avec costume d’achat. La saison n’était pas comme ce que je l’aurai souhaité mais on s’est donné le meilleur de nous même. Nous avons terminé deuxième du championnat, le but n’était pas cela mais on remercie Dieu et Inch’Allah nous ferons mieux l’année prochaine ».

OS : Comment vous avez été accueilli dans votre nouveau club ?

MK : « Ce club n’est pas nouveau pour moi. Depuis 2003 je suis dans le monde arabe, j’ai déjà évolué au Qatar et en Egypte, je comprends bien l’arabe, ça fait que mon intégration au sein de cette équipe n’a pas été difficile. Les joueurs que j’ai trouvé dans le club étaient plus jeunes que moi et beaucoup me connaissaient même avant que je n’arrive. J’étais considéré comme le leader du groupe et tout allait bien ».

OS : Mohamed Koffi absent de la liste des étalons depuis quelques années maintenant, qu’est-ce qui explique cette absence ?

MK : « Je ne voulais pas parler de se sujet mais je dois parler. Je suis très content de la dernière prestation de l’équipe nationale. Je suis un étalon, même si aujourd’hui je ne le suis plus parce que d’aucun ne savent toujours pas. Avant la CAN 2017, juste à trois mois avant la CAN 2017, j’ai décidé de laisser la place aux jeunes frères mais personne ne le sait parce que ça n’a pas été rendu public. Mes fans s’attendaient à moi. Chaque fois, j’attendais les échos de part et d’autres, pourquoi Mohamed Koffi n’est pas sélectionné ? Quant t’es-ce Koffi va revenir au sein de l’équipe ? Mais je suis resté concentré dans mon club et à soutenir les étalons malgré les préjugés qui se disaient sur moi, sur ma personne. Pour moi on a une bonne relève et après onze (11) ans passées avec l’équipe nationale, beaucoup de ma génération ont arrêtés, je me suis dis, il faut que je passe à autres chose pour permettre aux plus jeunes aussi de s’exprimer. C’est ainsi que je ne suis plus sur cette liste ».

OS : Pourquoi votre retraite n’a pas été rendue public ?

MK : « Mohamed Koffi est un cadre de l’équipe nationale, il ne peut pas aller sans que ce peuple ne soit mis au courant. Il y a plein qui ont dit que je suis blessé, Koffi est malade mais la vérité je vous le dis, Mohamed Koffi a raccroché avec l’équipe nationale c’est pourquoi vous ne me voyez plus à l’équipe nationale. J’ai notifié ma retraite au président de la Fédération Burkinabè de Football à trois mois avant la CAN Gabon 2017 et j’ai même reçu un accusé me remerciant pour le service rendu à la nation, mais je ne sais pas pourquoi cela n’a pas été rendu public par la fédération jusqu’à présent».

OS : Quelles sont vos relations avec les joueurs, la nouvelle génération étalons?

MK : « Ma relation avec les joueurs n’a pas changé. On continue à s’appeler, à communiquer, à se prodigués de bons conseils, toujours dans la même ambiance et fraternité. Mais ce qu’il faut retenir dans tout ça, et ce que je tiens à dire au public Burkinabè, s’est Mohamed Koffi était un étalon, aujourd’hui n’est plus étalon mais restera toujours étalon parce que je porte toujours le peuple Burkinabè dans mon cœur, ce peuple m’a soutenu pendant onze ans. Tout ce que j’ai fait à l’équipe nationale c’est grâce à eux. Je resterai toujours reconnaissant à ce peuple. La nouvelle génération est une génération plein d’espoir et beaucoup m’appelle pour demander des conseils ».

OS : Peut-on espérer revoir Mohamed Koffi un jour porter le maillot de l’équipe nationale ?

MK : « Demain appartient à Dieu, aujourd’hui Koffi a raccroché, demain on ne sait jamais. Pour ma part je ne dirai pas non parce que je ne sait pas ce qui vient demain mais il me sera compliqué ».

OS : Mohamed Koffi absent de l’effectif à la CAN 2017 mais toujours sur les réseaux sociaux pour soutenir ses frères à cette CAN

MK : « Je vous ai dis que ne n’est aucun problème avec l’équipe nationale, je reste toujours étalon jusqu’à la victoire finale. A cette CAN, sur ma page officielle Facebook, j’ai toujours encouragé l’équipe nationale. Je suis de cœur avec eux parce que cette équipe jeune nous a montré de quoi ils étaient capables à cette CAN. Je pense que la relève est rassurante et qu’ils feront mieux dans les batailles futures »

OS : Qu’est-ce que vous retenez, qu’est-ce qui vous a le plus marqué à la CAN 2013 ?

MK : «La CAN 2013 était les meilleurs moments de ma carrière parce que jouer une finale de CAN, n’est pas permis à n’importe qui et c’était la première fois que le Burkina Faso jouait une finale de la CAN de leur catégorie. Personne ne peut oublier ces moments, même le peuple Burkinabè. Aujourd’hui quant on parle du Burkina Faso dans l’hexagone s’agissant du football, on ce rappel directement de la CAN 2013 parce que c’était un grand moment de l’histoire de notre football. Personne ne peut l’oublier, moi pareillement, c’était l’un des plus grands moments de ma vie ».

OS : Aujourd’hui les étalons à un nouvel entraîneur en la personne de Paulo Duarté que vous connaissez très bien. Quelles sont vos relations avec ce dernier ?

MK : « Duarte est un ami comme tous les autres, c’est un bon coach, mais sincèrement je ne suis pas du tout content de lui et je ne le cacherai pas. Je n’ais pas voulu le dire avant la CAN mais je saisie de cette opportunité pour le dire. Duarte a tenu des propos sur moi sur le net mais j’ai gardé mon sang froid jusqu’à maintenant. Je n’ai pas réagit parce que c’était l’équipe nationale, on parlait du pays et non de lui ou de moi. Si je parlais en ce moment alors que l’équipe se préparait pour la CAN, cela pourrait créer de polémique autour ; c’est pourquoi j’ai gardé mon sang froid sans rien dire ».

OS : De quoi reprochez-vous à Duarte ?

MK : « Duarte a eu à m’injurié sur le net, Duarte à eu à dire que “Koffi est saturé par ses nombreux matchs“. Je pense que Messie et Cristiano sont plus saturés que Koffi mais ces eux qui jouent toujours en club. J’étais en forme, en pleine compétition avec mon club mais hélas, Duarte préfère dire au public que je suis saturé par mes matchs, que je ne suis pas disponible pour répondre à une convocation. On a besoin des gens qui sont plus en jambe pour aller défendre les couleurs de la patrie mais pourquoi cela »?

MK : « Duarte a eu à dire encore que “ si on appelait Koffi pour jouer en latérale droite, il ne viendra pas“. Si on se rappel bien c’est lui même Duarte en 2012 qui m’a plaidé et Dagano, Kéré et Madi m’ont convaincu de jouer la latérale droite pour le Burkina. Et pour l’intérêt du pays, je me suis sacrifié parce que je n’ai jamais jouer en latérale droite dans ma carrière, c’est seulement avec les étalons en 2012, je suis un milieu défensif de métier. En 2013, Paul Put également m’a demandé de porter main forte à la latérale droite parce que je n’ai pas été médiocre à la CAN 2012 ». « Je vous le répète, je ne suis pas un latérale droite de métier, je m’adaptais selon le pays, je me battais pour le pays parce que je me disais “La patrie ou la mort nous vaincrons“ donc on va vaincre pour l’honneur du pays ».

« En toute sincérité, Je n’ai rien contre Duarte mais je pense qu’on doit respecter les anciens de l’équipe, on ne doit pas se foutre des anciens de l’équipe, Duarte s’est foutu de moi mais je n’ai pas répondu pour l’intérêt du pays. Ma relation avec lui, il n’y a plus de communication, plus de message ou sms parce que je l’ai écris plusieurs fois il ne ma pas répondu, je l’ai appelé plusieurs fois il ne m’a pas répondu et j’ai compris qu’il ne voulait pas parler avec moi».

OS : Quelles sont les chances de qualification des étalons pour le mondial Russie 2018 ?

MK : « Inch’Allah, je prie jours et nuits pour que les étalons terminent premier de leur pool des éliminatoires pour représenter dignement la patrie en Russie. Nous on a tout fait, on a raté de justesse la qualification à 45minutes à Blida, ça nous a fait mal mais je pense que cette génération est remplie de jeune talent et je pense qu’ils pourront le faire. La CAN 2017 nous on a révélé aux yeux du monde et j’ai foi, j’ai confiance et je sais qu’ils auront leur mot à dire pour Russie. Ils ont une grande chance devant eux et j’invite le peuple Burkinabè à prier pour ces jeunes. La solidarité, la collectivité et l’entente qui pourra faire qualifier le Burkina ».

OS : Votre dernier mot

MK : « C’est de remercier le public Burkinabè pour tout qu’il a fait et continue de faire pour moi, mes fans pour leur encouragement et soutien, aux journalistes pour leur combat. Je remercie aussi la Fédération Burkinabè de Football qui continue de se battre pour les joueurs, pour l’équipe nationale, merci au ministère des sports et des loisirs qui soutient l’équipe nationale. Je dis merci aussi au peuple Burkinabè, qu’il continue de supporter les étalons parce que étalons c’est le pays et non les joueurs. Je souhaite bonne chance aux étalons ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *