Accueil A LA UNE Basolma Bazié fait le point sur les dysfonctionnements dans l’organisation des concours...

Basolma Bazié fait le point sur les dysfonctionnements dans l’organisation des concours de la Fonction publique session 2022

159
0
Au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 15 novembre à Ouagadougou, le ministre d’État, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale Bassolma Bazié a fait le point d’étape des concours, session 2022 et a expliqué les disfonctionnements qui ont émaillés la bonne organisation desdits concours. Lisez sa déclaration luminaire !
Mesdames et Messieurs de la presse,
Avant tout propos, je voudrais vous souhaiter la bienvenue et vous remercier pour votre présence à cette conférence de presse qui témoigne de l’importance du sujet qui nous réunit ce jour, 15 novembre 2022. Il s’agit précisément d’échanger autour du bilan à mi-parcours de l’organisation des concours de la fonction publique, session de 2022.
De manière spécifique, elle vise non seulement, à évoquer les difficultés rencontrées, mais aussi à indiquer des mesures envisagées pour une meilleure organisation des concours des sessions à venir.
Mesdames et Messieurs de la presse,
Conformément aux attributions des membres du Gouvernement, le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale (MFPTPS) assure la mise en œuvre et le suivi de la politique du Gouvernement en matière de Fonction publique, de Travail, de Relations professionnelles et de Protection sociale. A ce titre, il veille entre autres, aux réformes relatives à la modernisation de l’Administration publique.
En matière de Fonction publique, mon département est notamment chargé du recrutement des agents publics, pour pourvoir aux besoins en ressources humaines des structures centrales et déconcentrées de l’administration publique. Cette mission est dévolue à l’Agence Générale de Recrutement de l’Etat (AGRE), principalement chargée de l’organisation des concours et examens professionnels de la fonction publique, en collaboration avec les différents ministères et institutions bénéficiaires de ces recrutements.
En rappel, le Conseil des ministres, en sa séance ordinaire, du 11 mai 2022, a autorisé le recrutement de 5 293 postes en concours professionnels et de 6 069 postes en concours directs. Ces mesures gouvernementales ont été prises dans un contexte de crises sécuritaire, sanitaire et humanitaire que traverse notre pays. Au passage, il y a lieu de relever que l’organisation des concours de cette session a connu des semaines de tractions au vu des contraintes budgétaires imposées par la crise sécuritaire et humanitaire, avant sa validation en Conseil des ministres.
Pour l’organisation desdits concours autorisés, des efforts ont été énormément consentis à travers la mobilisation des ressources tant humaines, matérielles que financières, afin de garantir un franc succès aux différentes activités liées aux concours de la présente session.
La présente conférence de presse organisée par le ministère en charge de la fonction publique, vise le respect des principes de transparence et de redevabilité.
Aussi, est-il nécessaire pour moi, de porter à votre connaissance que dès le lendemain de ma première prise de fonction, le 9 mars 2022, il m’a été annoncé, la perte de 9 ordinateurs portables, dans la salle de scannage des copies. Encore, le 5 mai 2022, il a été constaté de nouveau, la perte de 2 ordinateurs portables, dans la salle de traitement des résultats, à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM). Pour toutes fins utiles, les enquêtes sont en cours pour situer les responsabilités. Ces pertes, suscitent des interrogations légitimes dans la mesure où cela ne semble pas être des faits anodins. Néanmoins, il convient de préciser que ces ordinateurs contenaient certaines données (déjà sauvegardées) liées aux concours des sessions passées et non des données de la présente session.
Mesdames et Messieurs de la presse,
Avant le début des inscriptions aux concours de la session de 2022, des travaux d’amélioration de la plateforme e-concours ont été effectués, sur la demande du prestataire accrédité par l’Etat, depuis l’année 2019, aux fins de garantir, non seulement, la fluidité de ladite plateforme, mais aussi, la sécurité des données. Ainsi, l’écart du temps mis entre l’autorisation de recrutement, le 11 mai 2022 et l’ouverture effective desdits concours, le 19 juillet 2022, soit 2 mois et 8 jours, s’explique par le fait que le prestataire assurait la maintenance des plateformes (inscription en ligne, composition en ligne et correction électronique). Malgré donc les supposés améliorations qui ont non seulement engendré le grand retard dans le début effectif des concours, nous constatons que la qualité de la prestation rendue a été beaucoup décriée par les bénéficiaires.
Avant le début des travaux, il faut aussi noter que nous avons été confrontés à un surenchérissement des prix proposés par le prestataire. Le montant initial proposé était de 1 500 000 000 FCFA HTVA (Il était de 595 000 000 FCFA TTC en 2019 et 377 000 000 FCFA TTC en 2021) et il a fallu des négociations âpres pour arrêter le montant à 390 000 000 FCFA HTVA. Cette négociation et la conclusion du contrat nous ont aussi pris au moins 2 mois.
Mesdames et Messieurs des médias,
A l’issue des inscriptions exclusivement faites en ligne, du 20 juillet au 11 août 2022, il a été enregistré, 2 415 753 candidatures contre 1 385 853 candidatures, en 2021, soit un taux d’accroissement de 74,31%.
Cependant, il convient de relever que malgré les efforts consentis par l’Etat, il a été constaté que les candidats ont eu des difficultés, lors des inscriptions en ligne, toute chose qui a eu un impact sur la suite de l’activité de l’administration des épreuves des concours.
Mesdames et Messieurs de la presse,
Le 29 août 2022, l’ancien Premier Ministre de la Transition, Son Excellence Monsieur Albert OUEDRAOGO, avait officiellement donné le top départ des compositions en ligne, à l’ENAM. 40 567 candidatures ont été enregistrées, dont 24 401 ont composé en ligne pour 144 concours professionnels, du 29 août au 17 septembre 2022.
Aussi, voudrais-je saisir cette occasion, pour remercier vivement, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), qui nous a encore accompagné, cette année, avec un important lot d’ordinateurs ; ce qui a fait passer notre parc informatique de 350 à 1 050 ordinateurs. J’adresse de même, mes salutations sincères, aux Ministères en charge de la Transition Digitale et des Communications Electroniques et de l’Economie et des Finances, pour leur collaboration et soutien considérable.
Cependant, force est d’indiquer que malgré les nouvelles acquisitions, le problème de double flux a été observé, lors de l’administration des épreuves en ligne de certains concours professionnels, en raison des pannes techniques, mais surtout de la non opérationnalisation de tous les ordinateurs, initialement prévus, à cet effet.
Quant aux autres concours professionnels déconcentrés du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) et du Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN), l’administration des épreuves écrites a eu lieu, le 18 septembre 2022, dans les treize (13) chefs-lieux de régions.
En outre, les compositions des examens professionnels du MENAPLN ont été faites, le 20 septembre 2022, dans les quarante-cinq (45) chefs-lieux de provinces. Celles des examens professionnels de la Santé humaine et animale se sont déroulées, le 25 septembre 2022, dans les différents districts sanitaires.
Mesdames et Messieurs,
En ce qui concerne les concours directs, 2 106 962 candidatures ont été enregistrées, pour 92 concours ouverts. Dans la dynamique des innovations du e-concours, il a été administré en ligne, cette année, du 19 au 23 septembre 2022, 10 concours directs, contre 2, en 2021. Les résultats d’admission de ces concours composés en ligne ont déjà été publiés.
Quant aux 82 autres concours directs, les compositions ont été effectuées, du 22 septembre au 04 octobre 2022, pour 78 concours à épreuves de Questions à Choix Multiples (QCM), dans les treize (13) chefs-lieux de régions. Par la suite, 4 concours directs, à épreuves classiques, ont été composés, les 8, 9, 15 et 23 octobre 2022, dans le centre unique de Ouagadougou.
Cette année, il importe de relever qu’au niveau de l’administration des épreuves écrites, les compositions ont été faites, le matin et le soir, dans la dynamique de gagner en temps et en vue surtout de diligenter non seulement les résultats, mais aussi, de permettre aux écoles et centres de formation professionnelle d’effectuer à bonne date, leur rentrée scolaire.
Aussi, est-il nécessaire de relever la déconcentration effective de l’activité du scannage des copies des candidats, dans les 12 autres chefs-lieux de régions, en vue de désengorger cette activité, jadis menée uniquement à Ouagadougou, depuis l’année 2018.
Mesdames et Messieurs,
Au demeurant, il reste en instance 73 concours directs à épreuves à QCM, 4 à épreuves classiques, dont les résultats sont en attente et 14 concours professionnels déconcentrés, pour le compte des Ministères en charge de la santé humaine et animale et de l’éducation nationale. En sus, il reste la correction électronique de 4 examens professionnels, relevant du Ministère en charge de la santé humaine et animale. Quant aux 2 examens professionnels du Ministère en charge de l’éducation nationale, les résultats sont en cours de délibération.
Mesdames et Messieurs,
Suivant le chronogramme prévisionnel du déroulement des opérations des concours et les acquis qu’offrent la gestion numérique des concours, tous les résultats devraient être disponibles, à ce jour. Cependant, force est de constater toujours un retard lié à la correction électronique des copies des candidats. Cette situation résulte d’un problème technique soulevé par le prestataire commis à cette activité par l’Etat. En tout état de cause, mon département envisage des actions, tant au plan administratif que juridictionnel, afin de situer les responsabilités.
Mesdames et Messieurs,
Pour rassurer l’opinion nationale et préserver les droits des candidats, mon département envisage les actions suivantes, indépendamment de la plainte déposée, le 11 novembre 2022, auprès du Procureur, pour situer les responsabilités, avec toutes les conséquences qui en découlent :
– un bilan sans complaisance au cours du mois de novembre des moyens humains, matériels, financiers et organisationnels des concours ;
– un audit complet sur la plateforme e-concours ;
– une réflexion urgente sur la réappropriation de la plateforme et sa gestion domestique par nos techniciens.
D’ores et déjà, je tiens à saluer la patience des candidats. Je puis les rassurer, en ce qui nous concerne, que toutes les dispositions sont prises pour parer à toutes éventualités et faire prévaloir la justice et la crédibilité sur les résultats des examens et concours.
Aussi, voudrais-je saisir cette occasion, pour féliciter les candidats déjà déclarés admis et encourager ceux en attente de leurs résultats. En sus, je rappelle l’attachement de mon département au strict respect des principes d’équité et de transparence dans l’organisation des examens et concours, pour garantir l’intérêt général.
Pour terminer, j’invite tous les acteurs engagés dans l’organisation des examens et concours à davantage s’investir et rester vigilants dans ce service pour pourvoir aux besoins réels de l’administration publique. Cela en ce sens que la qualité du travail dans l’administration étant surtout liée à la qualité de ses Hommes. Je salue, particulièrement, les forces de défense et de sécurité, qui nous accompagnent quotidiennement dans l’exécution de cette mission d’Etat, en dépit du contexte de défi sécuritaire.
Mesdames et Messieurs les journalistes,
En termes de perspectives, mon département s’inscrit entre autres, dans des démarches, en vue d’accroître son parc informatique et la valorisation de l’expertise publique nationale, pour gérer les ressources informatiques internes.
Je vous remercie !
Previous articleLa Côte d’Ivoire annonce le retrait progressif de ses troupes du Mali
Next articleBurkina Faso : décret portant création de Bataillons d’intervention Rapide (BIR)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here