Accueil ACTUALITÉ COP27 : Baptisée ”COP africaine’’ pour mieux représenter les intérêts du continent...

COP27 : Baptisée ”COP africaine’’ pour mieux représenter les intérêts du continent noir dans les négociations

51
0

La 27e conférence annuelle des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques – plus connue sous le nom de COP27 a débuté le dimanche   6 novembre 2022 dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh en Égypte . Elle a été baptisée “COP africaine”, les responsables et les militants espérant que le lieu de la conférence permettra de mieux représenter les intérêts du continent dans les négociations sur le climat.

Selon l’Égypte, pays hôte, la réunion représente une occasion unique pour l’Afrique d’aligner les objectifs en matière de changement climatique sur les autres objectifs du continent, comme l’amélioration du niveau de vie et la résilience des pays face aux phénomènes météorologiques extrêmes. Les organisateurs attendent plus de 40 000 participants, soit le nombre le plus élevé jamais atteint pour un sommet sur le climat sur le continent.

Depuis la première itération de la conférence à Berlin en 1995, le sommet des Nations unies sur le climat continue d’alterner chaque année entre les cinq régions classées par l’ONU : Afrique, Asie, Amérique latine et Caraïbes, Europe centrale et orientale, et Europe occidentale. C’est la cinquième fois qu’un pays africain organise le sommet des Nations unies sur le climat, le Maroc, l’Afrique du Sud et le Kenya ayant été les premiers hôtes.

Le premier sommet africain, qui s’est tenu à Marrakech en 2001, a permis d’adopter des accords historiques sur le financement du climat et de prendre d’autres décisions clés sur l’utilisation des terres et la foresterie. Les trois réunions suivantes sur le continent ont connu un certain succès sur des questions telles que l’adaptation au changement climatique, la technologie et la préparation de l’accord de Paris en 2015. Marrakech est également la dernière ville africaine à accueillir l’événement, après avoir accueilli une deuxième COP en 2016, qui visait à mettre en œuvre certains des objectifs de Paris.

L’Accord de Paris, considéré comme un succès majeur des sommets de l’ONU sur le climat, a vu les nations convenir de limiter le réchauffement à un niveau “bien inférieur” à 2 degrés Celsius, avec pour objectif de le freiner à 1,5 degré Celsius.

Et bien que les experts ne s’attendent pas à ce que l’accord entre les pays atteigne la même ampleur qu’à Paris, les espoirs du continent sont élevés pour la prochaine conférence.

Mithika Mwenda, qui dirige l’Alliance panafricaine pour la justice climatique, a déclaré à l’Associated Press que le sommet “offre une occasion unique de placer l’Afrique au centre des négociations mondiales sur le climat” et qu’il espérait que la conférence serait “réellement bénéfique pour le peuple africain.”

Mithika Mwenda a déclaré que les “besoins et circonstances spécifiques” du continent doivent être pris en compte alors qu’il tente à la fois d’accroître l’accès à l’électricité pour des millions de personnes tout en s’attaquant au changement climatique et en limitant l’utilisation des combustibles fossiles.

Il a ajouté que les négociations doivent donner la priorité à la manière dont les pays vulnérables s’adapteront au changement climatique, à l’indemnisation des pays très pollueurs par les pays plus pauvres, connue sous le nom de “pertes et dommages”, et à la recherche de moyens de financement pour le passage à des énergies plus propres et le renforcement de la résilience au changement climatique.

De nombreux pays en développement comptent sur les États-Unis et une grande partie de l’Europe, qui ont contribué à la plus grande part des émissions au fil du temps, pour payer les dommages causés par le changement climatique.

Jusqu’à présent, les engagements pris par les pays riches en matière de financement du climat, tels que la promesse de 100 milliards de dollars par an pour aider les nations les plus pauvres à atteindre leurs objectifs climatiques, n’ont pas été tenus. Les organisateurs égyptiens ont déclaré que le sommet devrait se concentrer sur la manière dont les pays peuvent mettre en œuvre les promesses faites les années précédentes.

“Les espoirs de l’Afrique pour la COP27 sont qu’il y ait des progrès sur un nouvel objectif de financement”, a déclaré Jean-Paul Adam, qui dirige la division du changement climatique à la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, ajoutant qu’il faut “clarifier ce qui sera fourni sous forme de subventions et ce qui sera fourni sous forme de prêts concessionnels, le reste étant traité par des investissements prudents du secteur privé”.

Il incombe également aux pays industrialisés de réduire rapidement leurs émissions afin que l’objectif climatique mondial de limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius puisse être atteint, a déclaré M. Mwenda. Les pays africains ne représentent que 3% du total des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais les experts estiment qu’ils sont très vulnérables aux effets du changement climatique, en grande partie parce qu’ils n’ont pas la capacité de s’adapter rapidement au réchauffement du climat.

La COP27 sera un véritable test de l’engagement des dirigeants mondiaux à lutter contre le changement climatique, avance Landry Ninteretse, directeur régional du groupe environnemental 350Africa.org.

“Nous sommes fatigués de ces années de discours creux et de promesses non tenues”, déclare M. Ninteretse. “Nous n’exigeons maintenant rien d’autre que des mécanismes de financement robustes qui traitent les pertes et les dommages de manière équitable, accessible et transparente.”

Landry Ninteretse a convenu que “les plus grands émetteurs doivent s’engager à réduire rapidement les émissions” et “aider les nations les plus vulnérables au changement climatique” en finançant des initiatives climatiques.

Les COP précédentes ont vu des désaccords et des positions intransigeantes émerger en raison de l’affrontement des intérêts nationaux, ce qui inquiète ceux qui espèrent que des résultats tangibles sortiront des négociations.

“Les discussions ont tendance à être longues, sans compromis et parfois acrimonieuses”, soutient Mithika Mwenda, un vétéran du circuit des négociations climatiques. “Mais en 2015, le monde a ratifié l’Accord de Paris, ce qui a constitué une étape majeure.”

Mais le succès de la COP de Paris a été l’exception plutôt que la règle, selon les experts, avec encore beaucoup de travail à faire pour lutter contre le changement climatique.

“Les négociations ont duré trois décennies, mais les impacts de la crise climatique, qui se manifestent par des inondations, des sécheresses, entre autres phénomènes extrêmes, persistent”, rappelle Mithika Mwenda.

Par Africanews

Previous articleÉtats-Unis-Elections Mi-mandat : De nouvelles lois électorales dans certains États républicains affaiblissent le droit de vote
Next articleComplot contre les autorités du MPSR II : Trois acolytes  de Sandaogo Damiba aux arrêts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here