Accueil A LA UNE Gouvernance politique : pourquoi le lieutenant colonel Paul Henri DAMIBA prépare son...

Gouvernance politique : pourquoi le lieutenant colonel Paul Henri DAMIBA prépare son échec?

176
0
L’écrivain professionnel Adama Amadé Siguiré, sur sa page Facebook, analyse le discours du président Damiba qui, au cours de sa prestation de serment qui était un ” un discours hors contexte en déphasage avec l’histoire ” et qui lui laisse des doutes sur sa capacité de transformer l’essai de l’espoir suscité par l’avenement du MPSR en un « échec. » Lisez plutôt !
Le pouvoir de ROCH KABORE était effectivement à bout de souffle et l’espoir avait disparu au Burkina Faso. C’est dans ce contexte que le lieutenant colonel DAMIBA a pris le pouvoir le 24 janvier 2022. C’était le signe de l’espoir. Et j’ai partagé cette renaissance de l’espoir avec de nombreux Burkinabè. Pour moi, le pouvoir de DAMIBA va combattre prioritairement deux maux: l’insécurité qui gangrène le territoire et la mauvaise gouvernance qui gangrène les institutions de la République.
Mais, après la prestation de serment du lieutenant colonel, l’espoir de voir naître un Burkina nouveau s’effondre chaque jour comme un château de carte, et cela, avec juste raison. Le lieutenant colonel, attendu comme le Messi, est en train de commettre de graves erreurs tout en s’écartant de la ligne politique sur laquelle les masses urbaines et rurales l’attendaient. Aujourd’hui, je me pose légitimement cette question: pourquoi DAMIBA travaille à son échec?
Comment prendre le pouvoir dans un tel contexte et refuser d’écouter les conseils de ceux qui semblent détenir l’évangile? DAMIBA est-il un véritable Messi pour réussir malgré toutes les adversités? Il semble le croire. Mais, le cartésien que je suis ne saurait croire au miracle DAMIBA. J’ai pourtant décidé, dès la prise du pouvoir, de donner des conseils à cet homme car quand on aime son pays, on donne de bons conseils aux dirigeants pour qu’ils réussissent leurs missions. Je l’ai fait avec le pouvoir de Roch qui est resté sourd aux conseils des bonne gens. Et DAMIBA s’inscrit dans cette logique qui va certainement nuire à son pouvoir. Il est difficile de réussir la gouvernance politique au Burkina de nos jours en faisant fi du réalisme historique, car l’histoire est une force que nous ne saurons maîtriser.
DAMIBA a fait un coup d’État, et un coup d’État est un coup d’État. De droit, il ne trouve aucun juridisme constitutionnel, mais de fait, un coup d’État peut gagner la légitimité et réussir avec le soutien des masses populaires. Et voilà que tous les Maliens sont derrière les autorités maliennes. Ils se moquent du droit. Les populations veulent la sécurité. Elles veulent manger, elles veulent boire et dormir paisiblement dans leurs villages tout en continuant à épouser de nouvelles femmes. C’est bien Africain. Et pourvu qu’un pouvoir apporte cela aux populations. Elles se moquent de la nature du pouvoir. DAMIBA devrait assumer son coup d’État et s’inscrire dans cette logique pour, non pas légaliser ce coup d’État qui est “illégalisable”, mais le légitimer, et il pouvait bien le légitimer. Mais, DAMIBA que je croyais officier supérieur, se veut plus juriste que le président du conseil constitutionnel. Il s’intéresse aux formes. Il veut légaliser son pouvoir et il utilisera tous les moyens pour le légaliser. Ce qui est absurde dans cela, c’est le fait qu’il a chassé un président dont la légalité ne souffre pas de débat, et qui a pourtant échoué. DAMIBA qui a chassé ROCH KABORE se bat pour être dans les habits de ROCH KABORE tout en refusant de porter du Faso Danfani ou un ensemble vestes lors de sa prestation de serment. Pouvez-vous me donner le nom d’un président Burkinabè qui a prêté serment devant les juges du Conseil Constitutionnel en tenue militaire? Le pouvoir de DAMIBA devrait rentrer dans l’histoire par les faits , mais tout me laisse croire que la forme est plus importante que les faits selon cet officier.
Et DAMIBA ne s’arrête pas. Il commet la deuxième grosse erreur. Quelques jours après la prise du pouvoir, j’ai publié sur ma page Facebook pour dire que l’erreur viendrait de trouver un parrain pour ce coup d’État. En réalité, les Burkinabè sont fatigués de la méchanceté des hommes politiques. La haine ne fait pas le développement. La vengeance des uns contre les autres n’apporte rien à un pays. La haine a nui à Blaise. Elle a nui à ROCH. Elle va certainement nuire à un autre président qui l’utilisera pour gouverner le pays. Les gens veulent un leader charismatique pour aller de l’avant. J’ai dit cela à DAMIBA. Mais, tout laisse croire que DAMIBA voit les conseils comme Roch les voyait. Les bons conseillers demandent de l’argent. Les conseillers qui ne prennent rien sont de mauvais conseillers. C’est le système capitaliste. Ce qui coûte cher est bon. Ce qui coûte moins cher est mauvais. Et pourtant, en Afrique traditionnel, le bon médicament coûte moins cher et c’est le mauvais qui coûte cher et se vend à travers la publicité. .
Lors de sa prestation de serment, DAMIBA montre au Burkinabè celui qui pourrait être le parrain de son coup d’État. C’est un acte grave. Un Burkinabè résidant à l’extérieur, un homme politique qui a combattu le MPP pour ses intérêts égoïstes. Et DAMIBA parle de réconciliation tout en s’affichant avec un homme qui n’a pas seulement combattu un régime, mais qui a combattu toute la nation en étant souvent fier des attaques terroristes qui faisaient des morts. Que veut au juste DAMIBA? Sait-il vraiment où il veut aller? Pourquoi a-t-il chassé ROCH KABORE ? Les questions sont nombreuses. Comment peut-il gagner la confiance des honnêtes gens en s’affichant avec un homme animé de haine et d’un esprit de vengeance? DAMIBA a-t-il pris le pouvoir pour se venger du MPP? Et les erreurs, DAMIBA en rajoute.
Lors de sa prestation de serment, il livre un discours hors contexte en déphasage avec l’histoire. L’histoire est la dynamique de l’évolution des peuples. Et il est inutile de combattre l’histoire. Les Burkinabè, dans leurs grandes majorité, veulent aujourd’hui une gouvernance de rupture. La gouvernance conformiste a échoué. Et DAMIBA annonce urbi et orbi qu’il n’est pas venu pour faire une Révolution. Voilà ce qui choque les esprits. Pourquoi prendre le pouvoir si c’est pour diriger comme Roch KABORE? DAMIBA, le militaire connait-il la politique plus que ROCH, le politicien de naissance? Et qui sont ces Burkinabè qui vont accompagner DAMIBA dans son conformisme politique qui va certainement échouer? A quoi bon se donner de la peine pour un conformisme inutile? Les populations s’attendent à de grands changement plus ou moins révolutionnaires et cela rentre dans la dynamique de l’histoire.
Prendre le pouvoir dans ce contexte pour aller en déphasage avec la volonté des masses semble être une perte de temps. En résumé, DAMIBA, en refusant d’écouter nos conseils, prépare son échec.. Il n’y a pas de vérité ailleurs qui vaille que celle dite sur nos pages. Nous sommes la voix des masses que nous connaissons et côtoyons. J’espère qu’il reste encore une marge de manœuvre au lieutenant colonel pour revenir sur la voie de la volonté des masses. Autrement, il inscrit son pouvoir dans un hors contexte politique, et il ne fera pas mieux que Roch KABORE. Je me demande même s’il aura le temps pour ce conformisme politique.
C’est notre travail. Et nous le faisons avec lucidité et professionnalisme.
Adama Amadé SIGUIRE
Écrivain Professionnel/Consultant.
Previous articleAxe Ouahigouya-Titao : L’électricité a été rétablie
Next articleBurkina : Titao, ravitaillé en vivres de  première nécessité 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here