Accueil ACTUALITÉ La journée mondiale de lutte contre le paludisme : les complications du...

La journée mondiale de lutte contre le paludisme : les complications du paludisme pendant la grossesse

155
0
À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, le 25 avril, l’OMS appelle à continuer d’innover pour sauver des vies. Le thème de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2022 est « Innover pour réduire la charge du paludisme et sauver des vies ».
Aucun outil de la palette actuelle ne permettra à lui seul de résoudre le problème du paludisme. L’OMS appelle à investir et à innover pour trouver de nouvelles approches de lutte antivectorielle, de nouveaux produits de diagnostic, de nouveaux médicaments antipaludiques et d’autres outils en vue d’accélérer les progrès contre cette maladie.
Alors que la charge mondiale du paludisme a régulièrement reculé entre 2000 et 2015, les progrès ont ralenti voire stagné ces dernières années, en particulier dans les pays à forte charge d’Afrique subsaharienne. Une action urgente et concertée est nécessaire pour remettre le monde sur la voie qui lui permettra d’atteindre les cibles de 2030 de la Stratégie mondiale de lutte contre le paludisme de l’OMS.
Bien qu’il soit évitable et traitable, le paludisme continue d’avoir des conséquences dévastatrices sur la santé et les moyens de subsistance des populations à travers le monde. En 2020, on a dénombré, d’après les estimations, 241 millions nouveaux cas de paludisme et 627 000 décès liés au paludisme dans 85 pays. Plus des deux tiers des décès ont été enregistrés chez des enfants de moins de 5 ans vivant dans la Région africaine de l’OMS.

Le Burkina Faso fait partir des dix pays les plus touchés par le paludisme (3% des cas et 4% des décès dans le monde) le paludisme est à l’origine de 43% des consultations médicales et 22% des décès. C’est une maladie infectieuse due à un parasite transmis par la piqure d’un moustique (anophèle femelle) infecté.  Il fait partie de l’un des causes de décès maternels.

L’association paludisme et grossesse est une présentation de la maladie courante qui met particulièrement en danger la vie de la mère et du fœtus en développement.

Les manifestations du paludisme chez la femme enceinte peuvent être des céphalées, fièvre et frissons, vomissements, nausées, douleurs musculaires et articulaires, anorexie, contractions utérines, etc.

Si la prise en charge n’est pas faite à temps des complications peuvent survenir telles que des vomissements gravidiques, une anémie, un avortement, un accouchement prématuré, un retard de croissance du fœtus, une mort fœtale, ou même au décès maternel.

Pour la prise en charge de la femme enceinte contre le paludisme les femmes enceintes doivent dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide ainsi que d’avoir recours à un traitement préventif intermittent (TPI) à raison d’une prise de médicament à chaque consultation prénatale soit une fois par mois, l’utilisation des spirales insectifuges qui libèrent une fumée. La fumée éloigne les moustiques ou les tues s’ils volent à travers.

Previous articleTitao : Un convoi de ravitaillement attaqué 
Next articleFormation et employabilité de la jeunesse : Le ministre en charge de l’emploi chez le patronat burkinabè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here