Accueil A LA UNE Ouagadougou : Le CERFI solidaire de plusieurs familles déplacées internes

Ouagadougou : Le CERFI solidaire de plusieurs familles déplacées internes

118
0

Le Cercle d’études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) de la section de Ouagadougou a fait un don de vivres et d’une centaine de sacs d’effets d’habillement à 115 ménages déplacés internes de Wobrègrè dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou, ce dimanche 28 août 2022.

Il s’agit d’une action qui rentre dans le cadre de la journée de solidarité de la section CERFI de Ouagadougou. Composé d’une quinzaine de sacs de riz et d’une centaine de sacs d’effets d’habillement, selon le secrétaire général du Cercle, Oumar Nikièma, le don a été collecté auprès des militants et sympathisants de bonnes volontés.

Pour lui, au regard de la situation sécuritaire et humanitaire, il était nécessaire pour le CERFI d’exprimer son soutien aux populations vulnérables comme le prône l’islam.  « Le but de cette journée de solidarité, c’est pour nous une manière comme l’islam l’enseigne, d’être solidaires avec les autres. La crise sécuritaire et sanitaire sont là, la situation est un peu difficile. C’est ainsi qu’ il y a eu certaines personnes qui ont voulu apporter quelque chose pour soulager des populations qui sont dans la commune de Ouagadougou  »,s’est exprimé le secrétaire général.

Moussa Tamboura, déplacé de Kelbo, a au nom de l’ensemble des bénéficiaires, remercié le donateur tout en précisant que le don du jour constitue le deuxième du genre que les personnes déplacées internes ont reçu de la part du Cercle d’études, de recherches et de formation islamique. « Pour ce don, nous ne pouvons que les remercier. Que Dieu les bénisse abonnement. Nous souhaitons seulement qu’on ne nous oublie pas », a-t-il laissé entendre.

Il a par ailleurs appelé les autorités à aider les personnes déplacées internes à avoir des emplois afin d’améliorer leurs conditions de vie. « Ce que nous voulons plus, c’est du travail. Toutes ces femmes cherchent de quoi faire. Si tu n’as rien, tu ne peux pas payer de formation pour quelqu’un. Il y a des gens qui veulent faire de la couture, mais pas de moyen. Les enfants cherchent des machines de lavage de motos, mais rien également. Si nous obtenons cette aide, ça sera mieux. Bien vrai que nous voulons de la nourriture, si nous avons des sources de revenus, ce serait encore meilleur », a-t-il exhorté.

Source: Faso7.com

Previous articleBurkina : Résultats du concours direct de recrutement de 1250 élèves Sous-officiers de Gendarmerie session 2022
Next articleL’Adjudant-chef Alizeta Kabore Kinda recevra le 31 août le Prix de la femme policière de l’année des Nations Unies

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here