Accueil A LA UNE Pipeline Bénin-Niger : Elandra Eagle déconnecté du terminal sans chargement

Pipeline Bénin-Niger : Elandra Eagle déconnecté du terminal sans chargement

480
0

Le spectacle autour du brut nigérien qui impacte les relations entre ce pays et le Bénin se poursuit avec un nouvel épisode. Alors qu’un troisième navire est censé arriver dans ce contexte incertain, le deuxième navire, Elandra Eagle n’ayant reçu aucune des 146 000 tonnes de brut, a finalement été déconnecté du terminal.

Du matériel destiné au projet du pipeline

La non réouverture des frontières nigériennes et les tensions de plus en plus exacerbées entre le Bénin et le Niger impactent négativement le projet pipeline et l’ensemble des relations économiques entre les deux pays.

En effet, des désaccords concernant le chargement du pétrole qui provient de l’oléoduc nigérien et qui doit être chargé sur le terminal de Sèmè-Podji risquent de s’ouvrir sur un bras de fer juridique entre les trois partenaires du projet.

Après un chargement réussi d’un million de barils de brut le 19 mai 2024, la situation a pris un tournant critique, les chargements suivants devenant extrêmement difficiles. Le différend persistant entre les deux pays au sujet du brut nigérien en est la principale cause.

Le navire Elandra Eagle déconnecté du terminal de Sèmè Kpodji sans chargement

La conséquence du bras de fer entre le Bénin et le Niger et la perturbation du planning de chargement du brut nigérien en transit au terminal de Sèmè Kpodji en direction de la France pour son raffinement.

 Le deuxième navire qui mouille dans les eaux béninoises et qui était censé récupérer 146.000 tonnes de ce brut sur le terminal n’a toujours pas été chargé, depuis le vendredi 31 mai. Autrement, Elandra Eagle n’a pu recevoir une seule goutte de pétrole nigérien. Les parties impliquées, à savoir le Niger, le Bénin et la Société chinoise Wapco, n’ont pas pu superviser ce chargement. Tout indique que le dernier incident sur le site, à savoir l’arrestation de cinq Nigériens accusés de s’y être incrustés frauduleusement et avec de fausses identités, en est la cause.

Le navire qui bat pavillon dans les îles Marshall et mesure 277 mètres a été finalement déconnecté du terminal le 9 juin, pour défaut donc d’activités. Ainsi, il pourrait quitter les eaux béninoises à tout moment et ce, sans chargement.

Un 3è navire, le Front Suez annoncé

Du côté du Niger, les autorités militaires au pouvoir ont pris la décision de suspendre le pompage de pétrole brut afin de garantir une gestion efficace des réserves autorisées et réglementaires, en dépit des rumeurs circulant à ce sujet. Le but étant de vider d’abord les réservoirs du terminal.

Alors que l’incertitude plane sur le chargement du brut au niveau du terminal de Sèmè, il est annoncé l’arrivée d’un troisième navire. Selon les informations, ce navire est attendu dans les eaux béninoises ce lundi 10 juin. Une information qui contraste avec le fait que le chargement du deuxième navire n’a même pu être réalisé.

Dénommé Le Front Suez, ce navire mesure 275 mètres et bat pavillon Hong Kong. Un million de barils ! C’est la quantité de brut prévue pour être chargée à bord de ce pétrolier, depuis le terminal de Sèmè-Kpodji.

Sachant tout le scandale qui entoure ces chargements infructueux et qui, selon des sources entrainent des centaines de millions de dépenses imprévues pour la multinationale chinoise Wapco, il est raisonnable de penser que Le Front Suez pourrait connaître le même sort que Elandra Eagle. Tous les signes convergent en ce sens!

Source: Matin Libre

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here