Accueil ACTUALITÉ 08 Mars : Origines, historique et manifestations actuelles.

08 Mars : Origines, historique et manifestations actuelles.

84
0

En 1857, à New York, les ouvrières dans les usines de textile se mettent en grève et descendent dans la rue pour revendiquer de meilleures conditions de travail : la réduction de la journée de travail de 16heures à 10 heures, des crèches pour leurs enfants et un salaire égal à celui des hommes. Cette manifestation a été violemment réprimée. La police du capital ouvre le feu sur les manifestantes et tue plusieurs d’entre elles.

En 1910, à Copenhague, lors de la deuxième conférence de l’internationale socialiste des femmes, l’idée d’une journée internationale des femmes est adoptée sur une proposition du journaliste et écrivaine socialiste #Clara_Zetkin, représentante du Parti Socialiste d’Allemagne.
En 1910, en Espagne le roi autorise pour la première fois les femmes à poursuivre leurs études.

En 1911, des manifestations sont organisées en Autriche, Hongrie, Danemark, Suisse, Allemagne. Puis en France, en Hollande, Russie, Suède.
En 1917 c’est-à-dire le 08 mars date d’une grande grève d’ouvrières à Saint-Pétersbourg. Ces ouvrières manifestent pour réclamer du pain et le retour de leurs maris partis au front de la guerre impérialiste de 14-18. Ces événements coïncident avec le déclenchement de la révolution russe de 1917.
En 1921, en hommage à toutes ces femmes combattantes, Lénine décrète pour la première fois dans le monde le 8 mars, Journée internationale des Femmes ouvrières.

Lors de son discours du 08 mars 1921, Lénine dira ceci :

” Pour entraîner les masses dans la politique, il faut y entraîner les femmes. Car, sous le régime capitaliste, la moitié du genre humain est doublement opprimée. L’ouvrière et la paysanne sont opprimées par le capital ; en outre, même dans les plus démocratiques des républiques bourgeoises, elles restent devant la loi des êtres inférieurs à l’homme ; elles sont de véritables « esclaves domestiques », car c’est à elles qu’incombe le travail mesquin, ingrat, dur, abrutissant de la cuisine et du ménage.”
— Extrait du discours de Lénine, le 08 Mars 1921.
En 1957, À New-York, le 8 mars devient Journée des Femmes.

En 1977, À l’ONU, Les Nations Unies officialisent le 08 mars comme la Journée Internationale des Femmes.

1982, la France officialise la journée du 08 mars.

En 1984, Le Burkina Faso officialise avec Thomas Sankara, le 08 mars comme journée internationale de la femme.

De nos jours cette date est célébrée dans notre pays de différentes manières :

– Au niveau des autorités étatiques, c’est l’occasion de gros discours creux et hypocrites sur la condition de la femme. Le tout couronné par des célébrations festives avec des djandjobas, des bagarres autour des pagnes. Certains bourreaux de la femme sont célébrés avec des titres ronflants ” femmes battantes”. C’est terrible ! La confusion est totale. Aucune action n’est menée pour permettre aux femmes et même aux hommes de s’approprier du contenu réel de cette journée historique. C’est de bonne guerre ! Quel maître osera apprendre à son esclave comment s’affranchir et le renverser ?

– Au niveau des organisations progressistes et révolutionnaires, cette date est tout un symbole. C’est tout d’abord un jour de mémoire et d’hommage aux femmes ouvrières qui sont tombées sur le champ de bataille pour revendiquer leur droit. C’est donc un moment de réflexion et d’engagement renouvelé pour la poursuite du combat (vous pouvez faire le constat dans les différentes bourses du travail ce jour ou autres lieux aménagés pour l’occasion). Le combat contre l’exploitation de la femme est indissociablement lié à la lutte contre le capitalisme. Comme l’a si bien dit Lénine, dans un système capitaliste, la femme est doublement opprimée. Elle subit au même titre que l’homme les affres de ce système capitaliste, mais en plus dans le foyer c’est à elle que reviennent les tâches mesquines et difficiles (ménages, s’occuper des enfants,…), de même que les pesanteurs socio-culturelles.

Soutien et courage aux braves femmes qui se battent aux côtés de notre peuple loin des caméras d’exhibitionnistes et fanfaronnades et sans reconnaissance aucune de la part des autorités politiques pour le progrès social véritable et pour l’émancipation sociale de notre pays et d’ailleurs.

Vu sur un poste de Sébastien Kaboré 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here