Le Mouvement pour le réveil citoyen MOREC tient depuis ce 25 septembre, ces soixante-douze heures de campagne de dépistage et de sensibilisation des populations sur la santé sexuelle et reproductive. Organisée en partenariat avec l’Association burkinabè pour le bien-être familial ABBEF, le secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST et l’Action santé préventive, cette activité permettra à environ cinq cents personnes de connaitre leur état de santé sexuelle et reproductive.

L’Assistance à la cérémonie d’ouverture

C’est une première pour la coordination régionale du centre du Mouvement pour le réveil citoyen MOREC. En plus du soutien aux personnes vulnérables, les déplacés internes et au personnes vivant avec un handicap, l’association apporte désormais un soutien dans la prévention des maladies sexuellement transmissibles au Burkina. Cette campagne de dépistage du col de l’utérus, du sein, du VIH-Sida, de l’hépatite B et C est donc la preuve.

Rasmané ROMBA, Coordonnateur régional du centre/MOREC

A ce premier jour de dépistage, se sont plus de cents personnes mobilisées que nous avons rencontré sur le site. Une mobilisation qui laisse croire que le besoin est bien réel même l’offre reste toujours en dessous des attentes. « Nous avons estimé que la santé sexuelle, reproductive est un facteur d’épanouissement de la communauté, de l’individu, et la société ; cette activité permettra donc un rapprochement du service sanitaire à la communauté à la base », rapporte le coordonnateur régional du Morec centre. Selon lui, « les tabous et les pesanteurs sociaux continuent de perdurer dans notre société ; et il est donc nécessaire que des associations et les OSC s’investissement également dans la sensibilisation afin de faire permettre l’épanouissement des populations ».

Adama DAYO, Représentant du parrain

Trois jours durant, ce sont plus de quatre cent personnes, des femmes en particulier qui seront dépistés par les agents de santé de l’Association burkinabè pour le bien-être familial ABBEF, le secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST et l’Association Action santé préventive. « Les questions de santé sont des questions de développement, plus on est en bonne santé, plus on est apte à servir sa patrie » a laissé entendre le représentant du parrain qui estime des « initiatives comme telle pourraient contribuer à l’atteinte des objectifs fixés par le département en charge de la lutte contre le VIH-Sida et les IST ». Pour Adama Dayo, le Conseil national de lutte contre le Sida et les IST « ne ménagera aucun effort à accompagner des organisations comme le MOREC qui accompagne l’institution« .

L’Assistance venue à la cérémonie d’ouverture

En plus du dépistage, une campagne de sensibilisation sur risques de contaminations et les dangers des maladies sexuellement transmissibles, des projections videos et d’autres actions seront menées au cours de ces soixante-douze heures pour permettre aux populations de Ouagadougou de disposer d’une vie sexuelle responsable. Cette première édition se tient dans l’arrondissement 3 de Ouagadougou. D’autres arrondissement pourront également bénéficier de cette campagne les années à venir, à en croire le coordonnateur du MOREC.

Outre cette campagne, l’association œuvre également pour le bien-être des populations burkinabè. Elle accompagne également le gouvernement dans son processus du développement. Cela à travers des actions de solidarités en faveur des couches défavorisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *