Accueil ACTUALITÉ 2e congrès de la FAIB : « L’islam est une religion de paix et...

2e congrès de la FAIB : « L’islam est une religion de paix et de respect de la vie humaine » dixit Oumarou Zoungrana 

133
0

Sous le thème : « quelles réformes organisationnelles et institutionnelles pour une FAIB plus forte ? » s’est ouvert ce samedi 7 août 2021 à Ouagadougou, le 2e congrès de la Fédération des Associations Islamique du Burkina (FAIB) , présidé par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. L’invité d’honneur était Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale.

Ce 2e congrès de la FAIB a regroupé environ 600 congressistes. Les travaux permettront de faire le bilan du mandat 2016-2020, de renouveler l’instance dirigeante de la structure et de réfléchir sur les perspectives du mandat prochain.

Selon le président du présidium de la FAIB, El Hadj Oumarou Zoungrana, le bilan des 4 années est satisfaisant au regard de la participation de la fédération sur un certain nombre de questions importantes du pays. Il a saisi l’occasion pour condamner les actes terroristes, et exprimer leur soutien à l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre ce fléau. « L’islam est une religion de paix et de respect de la vie humaine ». Il a ajouté que la FAIB a participé à l’organisation des élections apaisées au Burkina, la mise en place d’une stratégie de lutte contre la radicalisation et contre le Covid-19. « Nous avons lutté pour la prise en compte des préoccupations musulmanes dans les grandes lignes gouvernementales, nous sommes impliqués dans la rédaction de la constitution, bref la FAIB est devenue un lien principal entre le gouvernement et la communauté islamique », a-t-il soutenu.

Pour Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale, invité d’honneur à ce 2e congrès, le Burkina Faso est un Etat laïc mais cela ne signifie pas qu’il est un Etat en absence de réligion. « Ce n’est pas la première fois que des autorités se déplacent chez des coutumiers ou d’autres religions. Nous voulons que la population se ressaisisse, nous sommes un peuple cosmopolite composé de plusieurs religions. Nous devrions pouvoir partager ce vivre ensemble. Le plus important c’est que nous puissions vivre ensemble et nous travaillons à cela », a-t-il conclu.

Notons que des attestions de reconnaissance  ont été remises à des personnalités à la fin de la cérémonie d’ouverture.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here