Accueil A LA UNE CEDEAO : L’ancien chef de l’Etat nigérian, Yakubu Gowon, a demandé à...

CEDEAO : L’ancien chef de l’Etat nigérian, Yakubu Gowon, a demandé à la CEDEAO de lever les sanctions imposées au Niger, au Mali et au Burkina Faso

525
0

Le général Yakubu Gowon, qui fut l’un des fondateurs de la CEDEAO en tant que chef de l’Etat militaire du Nigeria en mai 1975, a exprimé ses inquiétudes concernant les récents développements au sein de l’organisme régional dans une lettre ouverte adressée au président de la commission le 21 février à Abuja.

L’ancien chef de l’Etat nigérian, Yakubu Gowon, a demandé à la CEDEAO de lever les sanctions imposées au Niger, au Mali et au Burkina Faso.

Il a déclaré que « tous les dirigeants ouest-africains » devraient « envisager immédiatement la levée de toutes les sanctions imposées au Burkina Faso, à la Guinée, au Mali et au Niger ».

M. Gowon, qui fut l’un des fondateurs de la CEDEAO en tant que chef d’État militaire du Nigeria en mai 1975, a exprimé ses inquiétudes quant aux récents développements au sein de l’organisme régional dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’État et de gouvernement des États membres de la CEDEAO.

À la suite des récents coups d’État en Afrique de l’Ouest, la CEDEAO a imposé des sanctions économiques aux pays qui avaient été pris par l’armée à titre dissuasif. Il s’est dit attristé d’apprendre que la CEDEAO est menacée de désunion suite à l’annonce du retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger du bloc sous-régional. Les trois pays ont annoncé leur retrait de la CEDEAO en raison de sanctions inhumaines et illégales et ont formé une confédération.

L’impact, a noté M. Gowon. aura des implications considérables pour les citoyens ordinaires qui ont été les principaux bénéficiaires de l’intégration régionale. Il a également exhorté les trois pays à revenir sur leur décision de se retirer du bloc. Il a exhorté les 15 États membres à organiser un sommet pour discuter de l’avenir de la communauté, de la sécurité et de la stabilité régionales, ainsi que du rôle de la communauté internationale compte tenu du contexte géopolitique actuel.

« C’est pourquoi, au nom de tous les pères fondateurs de la Communauté et de moi-même, j’exhorte l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, y compris les dirigeants du Burkina Faso, du Mali et du Niger, à mettre de côté leurs divergences et à se réunir pour la paix. la stabilité et la prospérité de notre sous-région », peut-on lire dans la lettre.

M. Gowon a noté que malgré les lacunes du bloc sous-régional, la CEDEAO a réussi plusieurs réalisations majeures, notamment la libéralisation du commerce, le droit des Africains de l’Ouest à vivre légitimement dans n’importe quel pays de la communauté, ainsi que des opérations de maintien de la paix réussies.

« La CEDEAO est plus qu’une coalition d’États, c’est une communauté établie pour le bien de nos peuples, fondée sur une histoire, une culture et une tradition communes. Ni ma génération, ni les générations présentes ou futures ne comprendront ou ne pardonneront l’éclatement de notre Communauté », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here