Le feuilleton disciplinaire entre le Bassolma Bazié et  son ministère de tutelle s’est dénoué pratiquement à l’amiable car selon un communiqué de la CGTB que nous proposons in extenso  le général Bassolma reconnu coupable par le Conseil de discipline n’a pas été sanctionné par le ministre Stanislas Ouaro.

Bassolma Bazié Secrétaire Général de la CGT-B

COMMUNIQUE

Sur instruction de M. Stanislas OUARO, ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, le camarade Bassolma BAZIE, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B), a été entendu le 21 septembre 2020 par un conseil de discipline. L’accusation portait sur le « refus d’exécuter son volume horaire ». A l’occasion, les militant(e)s et sympathisant (e)s, des travailleuses et travailleurs, des démocrates ont manifesté leur soutien au camarade secrétaire général confédéral et à la CGT-B. La CGT-B remercie le cabinet FARAMA qui a assisté le camarade Secrétaire général, les organisations syndicales nationales et internationales, les militants syndicaux, tous les démocrates qui, de diverses manières, ont témoigné leur soutien et encouragements à la confédération et à son secrétaire général.

A la suite dudit conseil, le ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales a adressé une « notification de décision du Conseil de discipline » dans laquelle il dit confirmer la décision du conseil de discipline qui, tout en reconnaissant le camarade coupable, aurait décidé paradoxalement de ne pas lui infliger de sanction.

La CGT-B s’emploie à analyser le dossier en vue de lui donner la suite qui convient, après quoi elle communiquera aux militantes et sympathisantes, aux travailleurs, à l’opinion nationale et internationale, à ses partenaires son analyse et ses positions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *