Accueil A LA UNE Elections couplées au Burkina : L’UA demande au Burkinabè de garder «jalousement» leur...

Elections couplées au Burkina : L’UA demande au Burkinabè de garder «jalousement» leur pacte de bonne conduite

18
0

Ouagadougou, 25 nov. 2020(AIB)-Le pacte de bonne conduite adoptée à la veille des élections, est «une innovation à la face du monde», que les Burkinabè devraient garder «jalousement», pour chaque fois, trouver «des solutions internes» à leurs différends, a recommandé mercredi l’Union africaine.

L’Union africaine, souhaite que «la classe politique qui représente la population du Burkina Faso, puisse jalousement conserver cet acquis (le pacte de bonde conduite, ndlr), parce que c’est rare qu’on voit de tels accords, un tel consensus dans nos pays respectifs, avant les élections».

Cette recommandation a été faite mercredi par le chef de la mission d’observation électorale de l’Union africaine le Rwandais Bénard Makuza, lors de la déclaration de son institution, à propos des élections couplées du 22 novembre 2020 au Burkina Faso.

«Ce cadre de dialogue me semble unique dans cette région (ouest-africaine) et peut régler tout. (…) C’est une innovation burkinabè. Personne n’a le droit de vous l’enlever (…) ou voler cet acquis constructif à ce peuple», a-t-il ajouté.

En rappel, le 26 octobre 2020, des politiques, des médias, des organisations de la société et des activistes ont signé à Ouagadougou, un pacte de bonne conduite dans lequel, ils s’engagent notamment, à mener des élections paisibles et à recourir aux voies légales, en cas de contestations.

«C’est un modèle que le Burkina Faso offre à la face du monde qui permet de régler les différends et de trouver des solutions internes. Les solutions de l’extérieur ne sont pas nécessairement les meilleures», a estimé Bénard Makuza.

Mardi, des opposants ont rejeté les premiers résultats de la présidentielle et des législatives, car selon eux, le scrutin a été émaillé par de «nombreuses irrégularités et des fraudes massives».

M. Makuza a souhaité que «la maturité prévale», car «les Burkinabè n’ont pas besoin de violence».

AIB

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here