Afin de faciliter les transactions en Afrique de l’ouest, le programme pour la facilitation des échanges en Afrique de l’ouest  (FEAO) a été officiellement lancé le mardi dernier à Ouagadougou par le ministre du commerce, de l’industrie et de l’industrie Harouna Kaboré.

Aperçue des officiels lors du lancement du FEAO

Le programme est lancé durant le mois dédié à la consommation locale au sein de l’UEMOA  et va s’étaler sur cinq années. Cette initiative concerne neuf pays ouest africains et vise la facilitation de la circulation des marchandises, l’amélioration des échanges entre les différents pays ouest africains et avec l’international et de faciliter le commerce pour les femmes et pour les jeunes.

Aperçu des panelistes lors du lancement du FEAO

L’objectif de ce programme est de réduire les délais et le coût des échanges commerciaux supportés par le secteur privé, notamment en améliorant la circulation des marchandises le long de certains corridors et en soutenant les petits commerçants, y compris les femmes et d’autres parties prenantes clés avec des réformes et des programmes de facilitation du commerce.

Le ministre du commerce Harouna Kaboré, tout en saluant la tenue de cet atelier, a insisté sur le caractère important que revêt ce programme. Il a indiqué qu’au vu de l’importance du commerce intra africain et sous régional, il faut penser un programme qui permet la facilitation des échanges entre les pays de la sous-région.«  Cet atelier permet de faire le point sur l’ensemble des activités qui ont déjà été menées sur le terrain, d’évaluer leur impact et de se donner les moyens d’atteindre d’avantage les résultats malgré la crise à coronavirus », a-t-il expliqué.

Harouna Kaboré, ministre du commerce

Il s’agira d’améliorer la logistique, la facilitation des importations et des exportations, pour faciliter l’interaction avec les autres Etats pour réduire toutes les barrières de délais d’optimisation des licences d’affaires. Le ministre a aussi ajouté que « nous allons permettre à ce que les petits commerçants puissent agir et également le genre est pris en compte dans ce dispositif ».

Le taux d’échanges entre Etats étant faible, cette facilitation de la circulation des biens est un programme qui a une grande importance pour le ministère du commerce pour booster toutes les actions dudit ministère. le programme bénéficie d’un financement d’environ 75 million de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *