Accueil ACTUALITÉ Gestion de la période de pointe : La SONABEL échange avec les...

Gestion de la période de pointe : La SONABEL échange avec les Organisations de la Société Civile

754
0

Dans le cadre de sa campagne de communication sur la pointe, période généralement marquée par une importante hausse de la demande en énergie électrique, le Département Communication et Relations Publiques de la SONABEL a organisé une rencontre d’information et de formation le mardi 12 mars 2024 à Ouagadougou au profit des Organisation de la Société Civile (OSC) Burkinabè.

Le Directeur Général de SONABEL entouré de ses plus proches collaborateurs chargés de la gestion de la pointe

L’objectif de cette rencontre est d’échanger avec ces OSC sur la gestion par la SONABEL de la période de forte demande en énergie électrique. C’est une opportunité d’échanger avec les principaux acteurs chargés de la gestion de cette période critique de l’année autour des difficultés liées à la Production, au Transport et à la Distribution de l’énergie électrique, et les mesures prises par la SONABEL pour y faire face.

Une vue des membres d’OSC à cette rencontre

Le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo dans son exposé a indiqué que, la SONABEL travail à mobiliser l’ensemble des ressources disponibles pour satisfaire la demande. La période de pointe  est une période particulièrement difficile parce qu’ elle éprouve aussi bien les infrastructures dans un contexte où la demande connait un bond exponentiel. « Donc y a une croissance significative de la demande, la chaleur fait que les machines ont beaucoup de difficultés et tombent régulièrement en panne. Mais au-delà de ça, il faut reconnaitre que c’est une période qui est vue et connue par la SONABEL. Donc c’est tout naturellement que des dispositions soient prises pour pouvoir faire face à cette période difficile ».

 Monsieur Ouédraogo a laissé entendre, qu’actuellement, l’offre d’énergie de la SONABEL est de l’ordre de 594 MW pour une demande d’énergie de 590 MW. Il y a donc un surplus d’électricité de 4MW. Mais du fait de la chaleur, les machines, dit-il, ont du mal à fonctionner correctement et peuvent tomber en panne.

Cependant, les équipes de la SONABEL se tiennent en alerte pour intervenir afin d’établir le plus tôt possible l’électricité chaque fois qu’il y a une panne. « Nous ferons tous les efforts qu’il faut pour continuer d’approvisionner les populations. Il y a un dispositif que la SONABEL met en place pour travailler en tout temps pour pouvoir rétablir l’électricité à chaque fois que de besoin. Nous restons mobilisés et déterminés à assurer une fourniture sécurisée du Burkina Faso en électricité. Nous avons un équilibre précaire de 4MW de surplus pour cette année. Nous travaillons à faire en sorte que les groupes soient disponibles, nous travaillons également pour que l’approvisionnement qui vient de l’extérieur soit disponibilisé.

Mais une chose est d’admettre que les pays voisins avec qui nous avons des interconnexions à savoir la Côte D’ivoire et le Ghana ne fonctionnent pas sans difficulté mais en tout état de cause, ces deux pays réunit fournissent une bonne capacité à la SONABEL qui, couplée à la production locale une fois toutes les machines disponibles, permettent de couvrir les besoins mais de façon précaire », rassure-t-il.

Le DG de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo

Il poursuit en faisant comprendre que pour le moment, le Burkina Faso ne peut pas se passer des interconnexions. «Les interconnexions sont une nécessité technique mais permettent de s’approvisionner à des conditions particulièrement avantageuses. Le Burkina est un pays qui a besoin de ressources pour se construire et avancer, à chaque fois que nous avons la possibilité de nous approvisionner à moindre coût, quelque part pour permettre à notre pays de respirer sur le plan financier, nous n’allons pas hésiter et nous pensons que c’est la bonne approche », conclut-il.

Pour Ousséni  Ouédraogo président par intérim de la ligue des consommateurs, il a félicité la SONABEL pour ce cadre d’échange qui va permettre de faire des propositions pour le bon fonctionnement de la SONABEL. Cependant, il a souhaité que la SONABEL travaille pour la non régression dans la durabilité pour une fourniture d’électricité aux consommateurs. Comme recommandation, il demande une rencontre mieux élargie ou restreinte avec l’ARSE et les coopératives d’électricités privées.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here