Accueil ACTUALITÉ Gestion du patrimoine ferroviaire au Burkina : Le consortium Burkina 2050 demande l’annulation...

Gestion du patrimoine ferroviaire au Burkina : Le consortium Burkina 2050 demande l’annulation de la convention signée en 1994

351
0

Le consortium Burkina 2050 était face aux hommes de médias, ce jeudi 24 août 2023 à Ouagadougou. Cette rencontre avec les journalistes avait pour objectif, de demander à l’Etat Burkinabè d’annuler la convention de concession initiale du Groupe Bolloré à travers sa filiale SITARAIL et de rechercher d’autres partenaires, qui pourraient appliquer une gestion adéquate des infrastructures qui va  permettre à l’Etat d’engranger plus de ressources financières.

Aconews.net Nestorine

Selon la coordonnatrice du consortium Burkina 2050, Dr Nestorine Sangaré, après 27 ans de gestion calamiteuse du chemin de fer, le Groupe Bolloré a vendu ses activités ferroviaires à l’armateur italo-suisse MSC. Cette transaction qui s’apparente à un jeu d’écriture ne change rien si ce n’est le nom de l’entreprise propriétaire qui passe de Bolloré Africa Logistics à Africa Global Logistics. Le propriétaire dit vouloir poursuivre la même stratégie que le groupe Bolloré et cela fait craindre le pire quand on sait quelle gestion scabreuse a été faite.

Dans son allocution, elle a laissé entendre que le transport voyageur a été interrompu depuis 2020 à cause du COVID et n’a pas repris jusqu’à aujourd’hui malgré la réouverture de la frontière avec la Côte-D’ivoire. L’arrêt total du trafic voyageurs sur tout le corridor national est inexplicable dans la mesure où le transport des marchandises s’est poursuivi. Cela a créé de graves préjudices sur l’activité économique au niveau national. Les trains pouvaient circuler jusqu’à la frontière ivoirienne et permettre ainsi de réduire les difficultés de déplacement des populations entre les deux pays.

« Après la rupture de la Convention de Gestion de l’Aéroport de Donsin, nous avons espoir que le gouvernement de Transition va jeter un regard favorable à notre doléance à savoir l’annulation de la Convention de Concession initiale de 1994. Une fois annulée, les activités seront alors gérées temporairement par l’État comme ce fut le cas sous la révolution ». Foi du Dr Nestorine Sangaré.

En rappel, la Convention de concession initiale de la gestion du patrimoine ferroviaire a été signée le 12 Décembre 1994 avec SITARAIL, filiale du Groupe Bolloré pour la période 1995 à 2010 pour rentabiliser l’exploitation du réseau. Après plusieurs avenants à la demande du Concessionnaire, la durée de cette Concession a été prolongée jusqu’en 2030.

Une Concession Révisée a été négociée de 2011 à 2016 Mais après sa signature et ratification en 2018, Bolloré a refusé de la mettre en œuvre en disant que son investissement ne sera pas rentable à cause de plusieurs facteurs non pris en compte. Il a revendu la Concession en mars 2022, sans l’accord préalable des Etats propriétaires du patrimoine ferroviaire. Le repreneur n’a rien proposé de concret qui puisse laisser espérer un changement positif dans la gestion. Il reste 7 ans avant la fin de la Convention initiale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here