Accueil ACTUALITÉ Insécurité maritime dans l’espace CEDEAO : Un séminaire de haut niveau pour...

Insécurité maritime dans l’espace CEDEAO : Un séminaire de haut niveau pour trouver des solutions idoines 

1278
0

Ce lundi 4 avril 2022, s’est ouvert à Abudja au Nigéria, un séminaire de haut niveau sur la sécurité maritime. Le séminaire est organisé dans le cadre du projet SWAIMS (Support to West Africa Integrated Maritime Security) financé par l’Union européenne. Ce cadre de rencontre permettra d’examiner et d’affiner les modalités de distribution des équipements essentiels de sécurité maritime dans les pays riverains de la CEDEAO.

« L’insécurité maritime est depuis longtemps l’une des menaces les plus persistantes et les plus insolubles pour les communautés maritimes et la prospérité économique en Afrique de l’Ouest », a révélé le colonel Abdourahmane Dieng, chef de la Division de la sécurité régionale de la CEDEAO. « Consciente de ce problème et de ses ramifications bien au-delà de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO a lancé sa Stratégie maritime intégrée en 2014 avec des paramètres pour le développement de l’économie bleue fondés sur un cadre de sécurité cohérent », a-t-il ajouté.

Inverser la tendance contre l’insécurité maritime est un effort de collaboration auquel aucun pays ou région ne peut s’attaquer seul. Pour cette raison, la CEDEAO, en collaboration avec la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), a formulé le Code de conduite de Yaoundé comme fondement d’une sécurité maritime régionale à large assise le long de l’ensemble du golfe de Guinée. Mais le partenariat de sécurité va au-delà de l’Afrique, englobant l’Union européenne (UE) et d’autres acteurs internationaux clés géographiquement en dehors du golfe de Guinée, car le golfe est d’importance mondiale en tant que route maritime internationale cruciale.

« L’UE est un partenaire engagé dans la région du golfe de Guinée et continuera à fournir une assistance étendue et ciblée pour renforcer les caractéristiques essentielles de l’architecture de sécurité de Yaoundé, cimentant davantage la relation de longue date entre la CEDEAO et l’UE », a affirmé l’ambassadeur Nicolas Berlanga Martinez, coordinateur principal de l’UE pour le golfe de Guinée, qui assistera à l’événement en personne.

Parmi ces efforts figure le projet SWAIMS, financé par l’UE, intitulé SWAIMS, une initiative régionale collaborative, complexe, à plusieurs composantes, mise en œuvre par divers partenaires et couvrant les 15 pays de la CEDEAO.

SWAIMS participe à l’organisation du séminaire de haut niveau sur la sécurité maritime réunissant des représentants des 12 pays côtiers de la CEDEAO : Bénin, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée-Conakry, Libéria, Nigéria, Sierra Leone, Sénégal et Togo. Seront présents des fonctionnaires de haut niveau des ministères de la Défense (principalement la Marine), des Transports (principalement des agences maritimes) et des Affaires étrangères.

Le séminaire finalisera un accord sur la livraison de bateaux pneumatiques à coque rigide (RHIB) à chaque État côtier de la CEDEAO qui constitue une partie cruciale du projet SWAIMS. Les bateaux et l’équipement médico-légal seront fournis aux pays côtiers de la CEDEAO par le portugais Camões, IP. Camões, en étroite collaboration avec la marine portugaise, assurera également la formation et la maintenance connexes.

« En termes financiers, la livraison de RHIB et d’équipements médico-légaux d’une valeur de plus de 5 millions d’euros est l’élément le plus important du projet SWAIMS », a observé le Dr Axel Klein, chef d’équipe SWAIMS. Les bateaux et l’équipement renforceront considérablement la capacité des pays bénéficiaires à faire respecter l’état de droit dans leurs eaux territoriales et dans les zones économiques exclusives adjacentes.

SWAIMS adopte une approche pragmatique et holistique pour améliorer la sécurité maritime. La fourniture d’équipements n’est pas seulement une extension cruciale, mais aussi un suivi logique des autres composants de SWAIMS qui, grâce à la formation du personnel, à la rédaction de procédures opérationnelles normalisées et au renforcement du cadre juridique, ont engendré les conditions préalables nécessaires à une utilisation efficace et efficiente de l’équipement. Outre Camões, d’autres partenaires de mise en œuvre du SWAIMS assurant ces différentes conditions préalables sont l’Institut de sécurité maritime interrégional en Côte d’Ivoire, l’Université maritime régionale au Ghana, le Groupe d’action intergouvernemental contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) de la CEDEAO et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.

Previous articleBurkina: Le PM Albert Ouédraogo présente la feuille de route de la Transition à l’Assemblée Législative de la Transition
Next articleLutte contre l’insécurité urbaine : La Police Nationale met fin aux activités de deux (02) réseaux de présumés malfrats

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here