Accueil ACTUALITÉ Mali : Soumeylou Boubèye Maïga, la triste fin d’un poids lourd de...

Mali : Soumeylou Boubèye Maïga, la triste fin d’un poids lourd de la politique malienne

137
0

L’ancien Premier ministre malien, détenu à la maison centrale d’arrêt de Bamako puis transféré dans une clinique, est décédé ce lundi 21 mars. Son état de santé s’était dégradé et malgré les recommandations médicales, son évacuation sanitaire n’a jamais été permise par les autorités de transition. Retour sur la trajectoire de celui qui a beaucoup navigué dans les arcanes de l’État malien.

En costume strict ou en tenue traditionnelle, Soumeylou Boubèye Maïga avait le même regard impassible. Journaliste de profession, spécialiste des questions de sécurité et de défense, celui que l’on surnomme « le Tigre » se frotte très tôt à la politique.

Il prend part à la révolution malienne de mars 1991, avant de se mettre au service de trois chefs d’État maliens élus.

Sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré, Soumeylou Boubèye Maïga, aussi connu sous ses initiales « SBM », occupe notamment les fonctions de directeur de la sécurité d’État et de ministre de la Défense. En tant que patron des renseignements, il a la réputation d’être un homme à poigne, en déjouant au moins « un coup d’État ».

Candidat malheureux à la présidentielle de 2007, il est nommé ministre des Affaires étrangères de l’ex-président Amadou Toumani Touré.

En 2013, il devient ministre de la Défense du président Ibrahim Boubacar Keïta. Grand commis de l’État au carnet d’adresses fourni, il est ensuite nommé Premier ministre d’IBK, dont il contribue largement à la réélection en 2018. Il sera débarqué un peu plus tard, mais il pesait toujours sur la scène politique locale.

Même ses adversaires le reconnaissent, c’est un « homme qui connaît ses dossiers ». Mais parfois sans états d’âme comme il l’a prouvé à la tête des services de renseignements, au ministère des Affaires étrangères, ou à la Défense.

Homme de gauche, l’ancien Premier ministre malien avait un carnet d’adresses solide en Afrique et ailleurs. Ses interlocuteurs le trouvaient « précieux ». Peu avant son arrestation en août 2021, Il ne cachait pas qu’il avait encore une fois l’intention d’être candidat la prochaine élection présidentielle.

Source: RFI

Previous articleBurkina : Aboubacar Toguyeni prend la tête de l’Assemblée de Transition
Next articleBurkina : Biographie de Aboubacar Toguyeni, président de l’ ALT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here