Accueil ACTUALITÉ Menaces récurrentes contre des journalistes et des médias : Le CSC condamne...

Menaces récurrentes contre des journalistes et des médias : Le CSC condamne et appel  à la tolérance

139
0

Dans un communiqué ce mercredi 29 mars 2023, le président du conseil supérieur de la communication (CSC), Abdoulazize BAMOGO a appelé l’ensemble des citoyens et citoyennes Burkinabè à plus de tolérance, de pondération et à la retenue, après les constats recrutent de menaces à l’endroit des organes de presse et des journalistes. Cependant, le président du CSC condamne aussi les messages de haine et les appels à la violence, en invitant les autorités à prendre des mesures idoines.

« Le Conseil supérieur de la communication (CSC) constate avec regret la récurrence de menaces proférées à l’endroit d’organes de presse et d’acteurs des médias dans l’exercice de leur profession.

Face à cette situation, le CSC appelle les citoyens et citoyennes à la tolérance, à la pondération et à la retenue. Il condamne les messages de haine ainsi que les appels à la violence et invite les internautes à s’abstenir de les relayer ou de les approuver.

Le Conseil supérieur de la communication exhorte les autorités administratives étatiques à prendre les mesures idoines pour assurer la sécurité des médias et des journalistes dans l’exercice de leur profession.

L’instance de régulation encourage également les professionnels de l’information et de la communication à mettre leur responsabilité sociale au cœur de leurs pratiques dans un contexte national marqué par des crises. Il les invite, au regard de l’extrême fragilité de notre pays, à plus de prudence et à persévérer dans leurs actions de sensibilisation en faveur de la solidarité, de la cohésion sociale et de la paix.

La crise sécuritaire, qui afflige notre peuple, nous oblige à cultiver la solidarité et la cohésion sociale pour demeurer unis et forts face à l’ennemi commun. C’est pourquoi, il est impérieux que l’exercice de la liberté d’expression, dans ce contexte difficile, se fasse dans le respect des textes de notre pays et dans le souci de préserver l’indispensable union nationale ».

Previous articleFédération Burkina/Mali : des marcheurs panafricanistes soutiennent l’initiative
Next articleCompte rendu du conseil des ministres du mercredi 29 mars 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here