Accueil ACTUALITÉ Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique...

Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution

48
0

Le tribunal militaire a livré ce 10 mai 2022, le verdict sur les intérêts civils dans le procès Thomas Sankara et douze de ses compagnons. Le tribunal a jugé partiellement recevables, les réclamations des ayants droit des 13 victimes. Il a condamné les accusés à payer un franc symbolique à la famille du père de la révolution.

Le tribunal a cependant rejeté la demande de restitution des biens de Thomas Sankara à ses ayants droit ainsi que l’établissement de son acte de décès avec la cause exacte de la mort. Les demandes de dédommagement de l’Etat burkinabè, ont aussi été rejetées.

Pour les autres victimes, les dommages et intérêts à payer solidairement par les accusés à leurs ayants droits pour préjudices moral et économique sont les suivants :

  •  15 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Gouem Abdoulaye,
  •   20 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Soré Patenema,
  •   2,5 millions chacun pour les ayants droit de Sawadogo Noufou,
  •  15 millions chacun pour les ayants droit de Compaoré Bonaventure,
  •  15 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Somda Der,
  •  20 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Bationo Emmanuel,
  •  20 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Saba Christophe,
  •  50 millions chacun pour la veuve et les orphelins de Kiemdé Frédéric,
  •  40 millions chacun pour les enfants de Bamouni Babou Paulin,
  •  2,5 millions chacun pour les ayants droit de Ouédraogo Walilaye et
  •  30 millions chacun pour les ayants droit de Sawadogo Hamado.

En ce qui concerne les avocats burkinabè des familles des victimes, les accusés devront leur payer un franc symbolique.

En revanche, Gilbert Diendéré et ses co-accusés devront verser 40 millions de frais aux avocats étrangers de la famille Sankara et 2,5 millions pour ceux de la famille de Bationo Emmanuel.

L’État burkinabè est désigné comme garant dans le paiement des réparations.

Previous articlePerkoa : Quelle leçon peut-on tirer de ce drame se demande l’UAS !
Next articleMusique : Légende du reggae Bob Marley, 41 ans après sa mort physique, ses œuvres artistiques résistent toujours au temps

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here