Accueil A LA UNE Putch au Burkina : «Adulé en partie aujourd’hui», le régime Damiba peut...

    Putch au Burkina : «Adulé en partie aujourd’hui», le régime Damiba peut être «vomi demain», prévient Smockey

    418
    0

     Le porte-parole du ‘’Balais Citoyen’’ Serge Bambara alias Smockey, a invité le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration(MPSR) qui a renversé lundi, le président Kaboré, a tenir compte «des besoins réels des populations», au risque d’être «vomi demain».

    «Il faut tenir compte réellement des besoins des  populations cette fois-ci parce que les mêmes causes  produisent les mêmes effets. Donc, si on n’y prend garde, ce régime aujourd’hui adulé  par une partie de la population, peut être vomi demain», a confié mercredi Serge Bambara alias Smockey au média public chinois ‘’CGTN français.’’

    L’artiste engagé s’exprimait à propos du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration(MPSR) du lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba qui a renversé lundi dernier, le président Roch Kaboré.

    Des manifestations ont eu lieu dans la capitale et dans plusieurs autres villes du Burkina Faso pour célébrer l’arrivée de l’armée au pouvoir.

    Le MPSR a dénoncé «l’incapacité manifeste» du président Kaboré à enrayer les attaques terroristes qui frappent le Burkina depuis 2016, faisant au moins 2500 morts et plus de 1,5 millions de déplacés.

    «Il faut qu’on mette effectivement les gens qu’il faut à la place qu’il faut et que cette fameuse démocratie qu’on a toujours voulue  au service des masses populaires, puisse au moins connaitre un début de mouvement sur les rails», a souhaité Serge Bambara, par ailleurs porte-parole du Balai citoyen.

    Selon l’artiste, le Burkina Faso  a encore un exemple à donner au reste du monde.

    «Le monde entier nous a enviés dans notre Révolution (de 2014). Le monde entier nous a enviés lors de la première résistance face au coup d’Etat de 2015. Le monde entier attends de voir la suite pour savoir si la montagne a accouché d’une souris et pour savoir si le réveil des Burkinabè nous a ramenés dans un cycle décisif dont nous ne sortirons jamais», a dit Serge Bambara.

    En rappel, le Balai-citoyen a été aux premières heures de la lutte de l’insurrection populaire d’octobre 2014, ayant mis fin au pouvoir du président Blaise Compaoré, alors qu’il cherchait à modifier la Constitution pour gouverner à terme, au-delà de 28 ans.

    En septembre 2015, le même mouvement a participé à la résistance populaire qui a défait la garde rapprochée de M. Compaoré qui avait brièvement renversé les autorités de la Transition.

    Agence d’information du Burkina

    Previous articleCoup d’Etat au Burkina :  l’UNIR/MPS demande l’indulgence de la CEDEAO
    Next articleL’intégralité du discours du président du MPSR, Paul Henri Sandaogo Damiba

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here