Accueil A LA UNE Répudiation de la nationalité Burkinabè : le gouvernement donne des précisions

Répudiation de la nationalité Burkinabè : le gouvernement donne des précisions

178
0

Ouagadougou, 15 juillet 2022(AIB)-Le ministère en charge de la Justice a expliqué vendredi, avoir permis à 27 personnes de « répudier » leur nationalité Burkinabè, parce que leurs pays d’adoption n’autorisent pas la double nationalité.

La faculté de répudiation de nationalité burkinabè est un droit reconnu par la loi burkinabè en l’occurrence le Code des personnes et de la famille en vigueur depuis le 4 août 1990 et est conforme aux engagements internationaux souscrits par le Burkina Faso notamment la Convention des Nations unies sur la réduction des cas d’apatridie de 1961, ratifié par le Burkina Faso le 3 août 2017, indique un communiqué du ministère en charge de la Justice et des Droits humains en date de ce vendredi 15 juillet 2022.

Il précise d’ailleurs que les dispositions des articles 140 ; 144 ; 186 et 188 du Code des personnes et de la famille prévoient que l’autorisation soit accordée par décret.

Le communiqué rappelle que le conseil des ministres en sa séance du 13 juillet 2022 a adopté un décret portant autorisation de répudiation de la nationalité burkinabè par «27 de nos compatriotes», et le compte rendu y relatif a suscité des interrogations au sein de l’opinion publique.

Le ministère en charge de la Justice et des Droits humains tient à rassurer l’opinion publique nationale à travers ce communiqué que la prise de ce décret autorisant la répudiation de la nationalité burkinabè de ces 27 personnes est bien prévu et conforme à la loi burkinabè.

Certains pays qui n’admettent pas la double nationalité exigent la répudiation de la nationalité d’origine avant l’obtention de leur nationalité, explique le communiqué.

«Nos compatriotes résidents notamment en Allemagne, en Autriche ou en Slovénie ont souvent demandé et obtenu la répudiation de nationalité burkinabè pour embrasser celle du pays d’adoption dans lequel ils sont épanouis tout en conservant de fortes relations historiques avec leur pays d’origine» a renchéri-t-il.

En 2021 deux décrets portant autorisation de répudiation ont été pris par le gouvernement concernant 14 et 98 Burkinabè, en 2019 deux autres également concerné 46 et 12 personnes, a cité le communiqué à titre illustratif.

Agence d’information du Burkina

Previous articleEthiopie : Le paludisme pourrait être de plus en plus difficile à détecter et à soigner
Next articleRecherche scientifique : le Burkinabè Sodiomon Bienvenu Sirima désigné scientifique de l’année par le Centre de recherche sur les réalisations internationales

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here