Accueil ACTUALITÉ Situation sécuritaire au Burkina : Déclaration de la confédération Syndicale Burkinabé (CSB)

Situation sécuritaire au Burkina : Déclaration de la confédération Syndicale Burkinabé (CSB)

92
0

Le dimanche 14 novembre 2021, des hommes armés ont attaqué le poste de gendarmerie à Inata dans la province du Soum (région du Sahel) causant la mort de gendarmes et de civils. Comme si ce forfait crapuleux d’une horreur inédite ne suffisait pas à calmer ces criminels assoiffés de sang, une autre attaque sera perpétrée le lundi 22 novembre 2021 et le Burkina Faso sera endeuillé une fois de plus par ces hommes sans foi ni loi par la perte de nos valeureux combattants à Foulbé, province du Sanmatenga (région du Centre Nord). Ces attaques ont couté la vie à 62 personnes et fait de nombreux blessé (e)s et disparu(e)s.

 

La Confédération Syndicale Burkinabé (CSB), face à cette énième tragédie s’incline majestueusement en la mémoire de ces victimes tout en présentant ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessé (e)s. Ce drame vient nous rappeler s’il en était besoin, la détermination de ceux qui nous impose cette guerre lâche, à détruire notre mode de vie, nos valeurs sociétales ainsi que ce que nous avons de plus précieux, notre nation.

Fort de sa vision d’anticipation, ce schéma machiavélique n’a pas échappé à notre Confédération qui a organisé en Octobre 2015 un panel de haut niveau sur le thème « La problématique de l’emploi des jeunes au Burkina Faso : causes et conséquences de l’enrôlement des jeunes dans les filières djihadistes ? » puis avec la Coalition des Syndicats Libre et Indépendants et les organisations nationales de la société civiles, un deuxième panel le 19 octobre 2019 sur la situation sécuritaire au Burkina avec pour thème « Contribution des organisations syndicales des travailleurs et de la société civile à l’éradication du terrorisme ». À la sortie de ce panel et convaincu que les manœuvres de ces criminels qui affligent notre pays sont entre autres l’occupation de notre territoire, une lettre a été adressée par nos organisations au chef de l’Etat et qui

Recommandait ceci :

-Le lancement d’un appel à la mobilisation générale contre le terrorisme (union sacrée) afin de mobiliser toutes les forces de la nation pour un seul objectif, celui « d’éradiquer le terrorisme au

Burkina Faso ».

– La mobilisation de la jeunesse dans la guerre contre le terrorisme à travers une conscription, notamment dans les zones affectées par le terrorisme, afin de leur permettre d’écrire une page glorieuse de leur histoire en participant à la reconquête de leurs terres ancestrales et en la soustrayant d’un éventuel enrôlement par les terroristes.

– La mise en place d’un dispositif de réinsertion des conscrits, par des formations professionnelles devant contribuer à l’accroissement de la production dans leurs zones d’origine ;

-Le renforcement de la fonction de renseignement et l’anticipation de notre armée par :

– Un renforcement des compétences des informateurs,

– Une reconnaissance de leurs mérites et leur protection ;

– Une collaboration renforcée entre les FDS et les groupes d’auto-défense en matière de renseignement à travers des formations spécifiques et d’équipements de télécommunication adaptés.

-La création d’une Direction Militaire du Renseignement

(DMR)

– Le renforcement de la force de dissuasion de notre pays par l’acquisition en toute souveraineté d’équipements à cet effet (avions de chasse ; hélicoptères de combat, système des surveillance…etc.).

-Le renforcement des compétences de nos forces de défense et de sécurité par des formations de spécialistes.

– La suspension de la fonction d’intervention de nos forces armées à l’extérieur ;

– Le lancement d’une souscription volontaire à l’adresse de l’ensemble de la population afin de soutenir les déplacés et pour l’acquisition des équipements nécessaires à nos FDS ; Malheureusement comme à l’accoutumée, notre correspondance n’a reçu peu d’écho favorable, du fait que le peuple au Burkina Faso est appelé uniquement à voter mais non à participer à la gestion de sa destinée. Cela étant confié à d’autres officines dont les disciples préfèrent souvent ; « paitre là où on les attache » au lieu de travailler pour l’intérêt supérieur de la nation. Sinon comment comprendre ce qui vient de se passer à Inata ?

La conséquence en est qu’après des années de guerre contre le terrorisme et (non de lutte comme certains pseudo-stratèges ont réussi à vous en convaincre pendant un bon bout de temps), le résultat est que l’insécurité imposée par les terroristes est allée crescendo avec son corollaire de mort et de désolations et d’occupation d’une bonne partie de notre territoire engendrant plus d’un million de déplacé(e)s internes.

Face à cette déconvenue, nous appelons une fois de plus le chef de l’Etat, tout en reconnaissant le mérite de nos vaillantes force de défense et de sécurité, à faire sienne cette déclaration de Clémenceau (ministre de la défense de la France pendant le première guerre mondiale) qui disait : « La guerre est une chose très sérieuse pour la laisser aux seules mains des militaires », une manière d’appeler le peuple à une solidarité agissante envers son armée.

Il est de ce fait temps que le Chef suprême de notre armée intègre dans sa stratégie de guerre contre le terrorisme, la prise en compte de la volonté de notre peuple d’y contribuer plus activement, par le sacrifice suprême s’il le fallait. C’est à ce prix que notre peuple lavera son honneur et que nous serons tous dignes filles et fils de nos ancêtres qui nous ont légué cette terre. Et c’est toujours de leur sagesse qu’ils nous ont enseigné à savoir : « de ne pas se battre quand la pluie vous bat », que la Confédération Syndicale Burkinabè condamnera toujours toute exploitation politicienne du sacrifice de nos martyrs, dont la manœuvre consiste à opposer une partie du peuple à l’autre.

 

Nous devons rester unis pour ce combat au nom de la dignité et l’honneur de notre peuple. De ce fait, nous lançons un vibrant appel à nos camarades militantes et militants, aux sympathisants (es) convaincus de notre idéal à se mobiliser pour vaincre l’ennemi commun qu’est l’hydre terrorisme et non de s’en prendre à d’autres Burkinabè car le linge se lavera en famille après la victoire et nous y sommes engagés

UNIS, NOUS VAINCRONS

Le Secrétaire Général

Ouédraogo Olivier GUY

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here