Accueil ACTUALITÉ Tribunal de l’actualité : « Tout système non régulé conduit à l’emballement»,...

Tribunal de l’actualité : « Tout système non régulé conduit à l’emballement», dixit Guy Olivier Ouédraogo

327
0

Ce mercredi 21 Septembre 2022, la télévision 3TV a reçu le président du mois de l’ Unité d’Action Syndicale (UAS), Guy Olivier OUEDRAOGO, dans l’émission le “tribunal de l’actualité”. Lisez un extrait de l’entretien transcrit sur la page Facebook de la télévision.

« L’avant dernière nouvelle qu’on a eue à l’époque c’était que le code du travail était au niveau de l’Assemblée nationale lors de la session budgétaire qui s’est tenue en 2021, malheureusement ils n’ont pas pu l’examiner et l’avait renvoyé au premier trimestre de l’année 2022. Chacun sait ce qui s’est passé, mais après cela, nous n’avons plus eu de nouvelles jusqu’au dernier moment où le Ministère Basolma nous a invité à une rencontre avec le patronat. Il y avait le COTEVAL, il y’avait le conseil supérieur de la magistrature et autres pour nous faire savoir que bon il allait nous présenter le document »

« Sur ce qui est consensuel nous savons mais ce qui était non consensuel et que on attendait le gouvernement de se prononcer dessus, ça nous ne savons pas quelle réponse le gouvernement à donner à ses points, nous le savons pas »

« Le Haut conseil du dialogue sociale c’est un décret présidentiel qui l’a créé, donc que je crois aussi que si y’a suppression, la suppression viendra de là-bas et non d’un ministre…c’est dommage parce qu’on en a besoin dans notre pays en matière de relations professionnelles, c’est extrêmement important parce que si vous ne pratiquez pas et vous n’utilisez pas le dialogue sociale, qu’est ce que vous allez utiliser à la place dans les relations professionnelles »

« Non je ne penses pas parce que ça s’inspire du vécu des travailleurs, du vécu de notre peuple, qui veut aller de l’avant, qui veut avoir des améliorations de ses conditions de vie et c’est tout tout à fait légitime…Cette plateforme si vous la regardez nous avons la question de la sécurité, nous avons la question de la vie chère, se sont des réalités et nous avons avons la question de la liberté »

« Nous avons fait des déclarations et autres nous avons condamnés. Je pense que c’est l’une des mauvaises choses qu’a eu à faire le MPSR étant au pouvoir… S’il y’a inflation, il y’a inflation pour tout le monde, nous nous asseyons et nous voyons ce qu’il faut faire. Car la question cruciale dans se pays restera toujours la question de la répartition de la richesse. Nous allons dit et beaucoup l’ont dit avant nous, les uns mangent, les autres regardent, ainsi naissent les révolutions »

« Tout système non régulé conduit à l’emballement. Pour réduire le prix de l’essence,il faut nécessairement réguler le prix bouclier, au niveau des taxes…Il y’a beaucoup de travailleurs qui n’ont pas d’indemnités, la suppression des indemnités sera sans effets pour ces derniers »

« Maintenant on s’est compris, il y’a eu un attelage qui permet effectivement que ceux qui n’ont pas d’indemnité puissent avoir un plus…Nous avons demandé que l’abattement qui existait qui était de 20%, passe à 30% et pour les travailleurs d’un niveau inférieur qui était de 30%, nous avons demandé que sa passe à 70% pour permettre effectivement que les travailleurs puissent avoir quelques choses »

Previous article77ème session de l’Assemblée générale des Nations unies : le Premier ministre à la rencontre de concertation entre l’Allemagne et les dirigeants africains
Next article77e AG des Nations unies : le Président du Faso est arrivé à New York

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here