Accueil ACTUALITÉ Burkina : Le gouvernement réorganise les candidatures libres au concours d’entrée en...

Burkina : Le gouvernement réorganise les candidatures libres au concours d’entrée en 6e et seconde

107
0

Ouagadougou, 10 mars 2021 (AIB) – Le gouvernement burkinabè a autorisé mercredi, par décret pris en Conseil des ministres, la réorganisation «des candidatures libres au concours d’entrée en 6e  et à celui d’entrée en seconde».

Selon le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, ce décret porte institution et organisation des concours scolaires et remplace un kiti de 1987 et un décret de 2015.

Il a indiqué que «ce nouveau décret augmente l’âge limite pour passer les concours d’entrée en 6e  à 16 ans au lieu de 14 ans auparavant et fixe le nombre de places disponibles en 6e  et en seconde par province et non plus par région».

Quatre autres décrets ont également été pris ce mercredi par le Conseil des ministres présidé par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et relatifs à l’organisation des examens et concours scolaires.

Il y a le décret qui porte sur l’organisation du Certificat d’aptitude professionnel (CAP). Ce décret remplace un ancien de 2012.

Selon le ministre Ousséni Tamboura, ce décret «ouvre le CAP à des élèves qui ne pouvaient jusque-là participer audit examen».

Le troisième décret porte sur l’organisation du Brevet d’étude professionnel (BEP). Il remplace un décret du 13 mars 2012.

Ousséni Tamboura a indiqué que ce décret «est rendu nécessaire par la création de directions provinciales des enseignements post-primaires et secondaires».

«Il innove en autorisant les élèves de la première D prime et des candidats libres de ce même niveau à participer à l’examen du BEP», a-t-il affirmé.

Le quatrième décret est relatif à l’organisation du Certificat d’étude primaire (CEP) et remplace un précédent décret de 2015.

Sa principale innovation, selon le ministre Tamboura «est le renforcement de la responsabilité des Circonscriptions d’enseignement de base».

Le 5e  décret est relatif à l’organisation de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC).

«Sa principale innovation est l’organisation de l’examen par la direction provinciale et non plus par la direction régionale», a affirmé le ministre Tamboura.

Selon le porte-parole du gouvernement, «ces 5 décrets portent une réorganisation efficace des différents examens et concours scolaires en considérant davantage la proximité des acteurs au niveau provincial et communal au lieu du niveau régional».

Ils permettent également, a-t-il poursuivi, d’élargir «les bases de participation aux candidats libres ou en scolarités et surtout de réprimer la fraude».

Agence d’information du Burkina

Photo : présidence du Faso

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here