Accueil ACTUALITÉ Poni : Cinq présumés braqueurs aux arrêts

Poni : Cinq présumés braqueurs aux arrêts

116
0

Gaoua, 10 mars 2021(AIB)-La police de Gaoua a présenté mercredi, cinq présumés braqueurs qui une fois cagoulés, détroussaient leurs victimes sous la menace d’armes à feu.

Une association de malfaiteurs de sept bandits dont deux toujours en cavale et un receleur, vient d’être mise hors d’état de nuire par le commissariat central de police de la ville de Gaoua.

Les cinq bandits ont été présentés, le mercredi 10 mars 2021 dans le chef-lieu de la région du sud-ouest lors d’une conférence de presse. Selon le commissaire central de police  de la ville de Gaoua, commissaire Moussa Drabo, cette opération a connu un succès grâce à la collaboration de la population et d’autres services de police.

Il a relaté que suite à plusieurs plaintes de vol à mains armées dans des lieux de lieux de commerce et sur des routes de la région, ses services ont diligenté une enquête en vue de rechercher, d’interpeller toutes personnes en rapport avec les faits.

C’est ainsi, a poursuivi le commissaire Drabo, que le 13 février dernier, de retour d’une mission d’investigation, les éléments de la Brigade de recherche ont interpellé D.A. âgé de 31 ans et D.M. âgé de 35 ans qui se disent être des bergers.

«Interrogés sur les faits, ces derniers reconnaissent avoir y participé et indiquent qu’ils ne sont pas seuls car faisant partie d’un réseau de malfaiteurs. Suite à des investigations poussées, les éléments de la brigade interpellent le nommé B.S. âgé de 29 ans considéré comme le cerveau, à  la suite d’une mission d’interpellation dans la ville de Diébougou où il réside », a fait savoir le commissaire central.

A l’écouter, c’est de fil en aiguille que la brigade a pu interpeller D.B. alias Vieux, âgé de 38 ans qui dénonce B.A. âgé de 33 ans. «Quelques jours après ce dernier fut localisé à Ourgou-Manega dans la province d’Oubritenga. Après plusieurs jours de recherches, il a été finalement arrêté dans sa fuite à Pa dans la province des Balé », a précisé M. Drabo.

Sur leur mode opératoire, il a expliqué que les délinquants identifient d’abord les axes routiers et les lieux de commerce avant de procéder par des guets suivis d’irruption puis menaces des usagers avec leurs armes à feu.

«Quant au lieux de commerce, ils font irruption dans le local et tiennent les tenanciers en respect. Ils portent toujours des blousons, des bonnets et des cache-nez pour couvrir leur visage avant de commettre leurs forfaits. Une fois le butin atteint, ils prennent la poudre d’escampette sur des motocyclettes », a-t-il dévoilé.

Au cours des investigations, a confié Moussa Drabo, plusieurs matériels ont été saisis dont des motos, des armes à feu, des cartouches, des armes blanches, des téléphones portables et un appareil photo. Le commissaire central a profité de l’occasion pour  exhorter la population à accompagner les forces de défense et de sécurité en dénonçant tout comportement suspect à travers les numéros verts : 16 pour la gendarmerie, 17 pour  la police nationale ou 1010 pour le centre de veille et d’alerte.

Pierre Yaméogo est un gérant de station à essence. Son lieu de service a reçu la visite des bandits dans la soirée du 21 novembre autour de 19 heures. Il a salué le travail abattu par le commissariat central de police de Gaoua pour mettre fin aux attaques de ces malfaiteurs.

Agence d’information du Burkina

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here