Accueil A LA UNE CAN 2023 : Et de trois pour les Eléphants de la...

CAN 2023 : Et de trois pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire !

705
0

Le 18 janvier 2024, la Côte d’Ivoire et le Nigéria s’affrontaient lors de la 2ème journée des matchs de poules de la coupe d’Afrique des Nations. Si cette rencontre remportée par les Supers Eagles (1-0) à l’époque constituait une simple opposition de groupe, celle du dimanche 11 février 2024 revêt un autre caractère spécial, car constituant l’enjeu pour la suprématie continentale, c’est-à-dire, la finale de la 34ème CAN Côte d’Ivoire 2023 pour déterminer le successeur des Lions de la Téranga, vainqueurs de la dernière édition. 

Ils avaient promis de le faire et ils l’ont fait !  La côte d’Ivoire en battant le Nigéria accroche sa 3ème étoile sur son maillot après 1992 et 2015. Cependant, que cette victoire fut difficile à se dessiner, car dès le coup de sifflet de l’arbitre mauritanien Dahane Beida, la bataille du milieu de terrain est intense. La tension est vive et perceptible de part et d’autre des surfaces techniques. Habituellement calme et maitre de ses nerfs, José Peseiro écope d’un carton jaune pour protestation des décisions arbitrales.

La 34ème finale de la CAN est ainsi tactique, fermée. Cependant devant leur public, les Eléphants par Simon Adingra prennent les devants en adressant un centre au second poteau à partir du côté gauche ; mais son coéquipier Max-Alain Gradel est en retard. Très en jambe, le jeune ailier de la Côte d’Ivoire donne du tournis à son défenseur en ce début de rencontre. Soutenu par Franck Kessié, il oblige Calvin Ughelumba à commettre des fautes à répétitions, rendant l’aile nigérian fébrile. Cette entame de match difficile des Supers Eagles se traduit par l’incompréhension entre Temtayo Aina et son portier Stanley Nwabali à la 19ème, qui permet à Max-Alain Gradel de se montrer dangereux.  Parus nerveux et anxieux à l’image de leur entraineur, les nigérians parviennent à reprendre le contrôle de la rencontre.

 Ainsi, Lookman Ademola à la 22ème minutes est stoppé par Max-Alain Gradel et Jean Michel Sery. Ses partenaires Alexander Iwobi et Franck Onyeka imposent leur gabarit. Victor Osimhen constamment dangereux, fait un travail impitoyable de sap qui fatigue la défense ivoirienne. C’est un temps fort des supers Eagles qui se concrétise par l’ouverture du score à la 38ème minutes par le capitaine William Ekong qui saute plus haut que son homologue ivoirien et reprend de la tête un corner. Un but qui glace la marée orange acquise à la cause des Eléphants au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé. Animés d’une grande force mentale et une résilience à toute épreuve dans cette compétition, les poulains de Emerse Faé réagissent par Simon Adingra qui hérite d’une balle de Frank Kessié sur son côté et voit sa frappe repoussée par le dernier rempart nigérian. A la 41ème, c’est au tour de Sébastien Haller d’être repris par la paire Ekong-Adesewo pour annihiler toute tentative.

Des Eléphants combattifs et résilients pour la victoire

La bataille de la suprématie continentale tournant à la faveur du Nigéria oblige la Côte d’ivoire à se découvrir en ce début de seconde période pour obtenir l’égalisation. Ainsi, le vétéran Gradel, malgré le poids de l’âge se découvre une seconde jeunesse. Il inquiète le bastion défensif adverse à la 48è et 49ème par des frappes captées par le portier nigérian. Son engagement booste ses partenaires et permet à la 59ème à Frank Kessié de reprendre de la tête un centre de Adingra.  A la 61ème minutes, c’est au tour du défenseur central, Odilon Kossonou de s’essayer de loin et voir sa tentative mise en corner. Maintenant la pression, l’ancien Barcelonais, esseulé au second poteau reprend de la tête un corner pour obtenir l’égalisation.

Face à la furia orange, le maitre à penser nigérian procède à des remplacements. Ainsi, transparent Samuel Chukwueze laisse sa place à Moses Simon. Une rentrée qui apporte de la rapidité et de la profondeur au jeu nigérian, stéréotypé par les longues balles sur Osimhen. A son tour Emerse Faé jette dans la bataille Singo et Omar Diakité en lieu et place de Serge Aurier et Max-Alain Gradel à la 69ème minutes. Jusqu’à là muselé sur les balles aériennes, Sébastien Haller s’extirpe de ses geôliers et parvient à la 73ème par un retourné acrobatique à se montrer dangereux. La Côte d’Ivoire pousse pour le second but lors du dernier quart-heure. La meilleure défense du tournoi avec 2 buts encaissés est au aboi. Les dribles déroutants de Simon Adingra sur son côté ne cessent de perturber la défense nigériane. Et sur l’un d’entre eux, il sert idéalement son compaire d’attaque, du bout du pied qui détourne le ballon au premier poteau et permet à la Côte d’Ivoire de passer devant et de mener par 2 buts à 1 à la 81ème minutes.

Un second but qui met en extase toute une nation, qui permet aux Eléphants de reconquérir le cœur des Ivoiriens et surtout de décrocher la 3ème étoile de son histoire et rejoindre les supers Eagles au nombre de victoires au palmarès de la Coupe d’Afrique des Nations. Héro contre la RDC en demi-finale, après avoir inscrit l’unique but du match, Sébastien Haller venait d’offrir la victoire aux Eléphants, malgré le réveil nigérian trop tardif. Car, il était écrit que la Côte d’Ivoire remporterait sa CAN et succèderait aux lions de la Téranga, pour le 6ème pays à gagner le trophée à domicile.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here