Accueil A LA UNE Centrale photovoltaïque de Gonsin : Le ministre de l’énergie se réjouit de...

Centrale photovoltaïque de Gonsin : Le ministre de l’énergie se réjouit de l’état d’avancement des travaux

370
0

Le ministre de l’Energie des Mines et des Carrières , Simon-Pierre Boussim, et le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo, ont visité le jeudi 27 juillet 2023, les travaux de construction de la centrale photovoltaïque de Gonsin, dans la commune de Sourgoubila, située au Nord-Ouest de Ouagadougou. Lors de cette visite, le ministre s’est dit satisfait du niveau d’avancement des travaux.

C’est une visite qui avait pour objectif de voir l’état d’avancement des travaux et s’assurer que ceux-ci se déroulent bien afin d’éviter tout retard dans l’exécution. C’est une centrale solaire d’une capacité de 42 Méga Watts Crête dotée d’un système de stockage de 10 MW, qui s’étend sur une superficie de 60 hectares. Le lancement des travaux a été fait en fin mars 2023.

Pour rassurer le ministre sur le bon déroulement des travaux, un exposé a été fait sur l’état d’avancement. Il ressort que le chantier a un taux d’exécution d’environ 60%. Cependant, des difficultés ont été évoquées. En effet, des demandes de révision des coûts des marchés suite à l’augmentation du coût des matières premières, ont été faites par les contractants. Aussi, la situation sécuritaire difficile dans certaines localités de mise en œuvre des activités du Projet, entraîne des retards dans l’exécution.

La bonne nouvelle, ce sont les solutions qui ont été trouvées pour permettre de ne pas impacter négativement l’avancement des travaux de la centrale. Des avenants sont en cours de traitement afin de permettre la poursuite des travaux, un accompagnement permanent est assuré par les Forces de Défense et de Sécurité pour permettre la poursuite des activités, une délocalisation de certains travaux jadis prévus dans les localités inaccessibles actuellement, est en cours. Après la projection, il était temps de passer à la phase pratique c’est-à-dire la visite proprement dite du chantier.

Simon-Pierre Boussim, ministre de l’énergie

«Le constat est satisfaisant, les travaux avancent bien», s’est réjouit le chef du Département en charge de l’Energie à l’issue de la visite du site, confiant que les travaux sont à 60% de taux d’exécution. Il a assuré que d’ici fin septembre 2023, tous les 76 000 panneaux solaires de 540 et 545 watts seront posés et en début 2024, le site sera prêt à servir de l’énergie aux populations.    « Je suis satisfait quand je sais qu’il y aura de l’énergie qui sera évacuée pour satisfaire la population. Il n’y a pas eu trop de doléance. D’ailleurs, plus de la moitié de leurs employés sont des locaux. Du coup, ils sont bonne en communautés collaboration avec les riveraines », a expliqué le ministre Simon-Pierre Boussim. Les inquiétudes sont surtout sur les sites hors de Ouaga, quant on sait que le projet prend en compte Dori, Diapaga et Gaoua. La grande difficulté se situe au niveau de Diapaga et de Dori en raison de la situation sécuritaire. Mais tout est mis en œuvre pour que le projet aboutisse normalement.

Le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo

Le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo, est lui aussi satisfait de l’état d’avancement des travaux. Il a indiqué que la réalisation de cette centrale solaire va contribuer, à renforcer le réseau électrique national. Soulignant la faible couverture électrique au Burkina Faso qu’il a estimé à 25%, le patron de la Nationale de l’électricité a assuré que ce nouveau projet permettra, à terme, d’électrifier 90 villages du Burkina Faso.

En rappel, c’est dans le cadre du projet Yeleen que la centrale de Gonsin a vu le jour. Le coût du projet s’élève à 141,6 millions d’euro soit plus de 90 milliards de francs CFA. Il est financé par l’Agence française pour le développement (AFD) à hauteur de 75 millions d’euros dont 5 millions de don, la Banque africaine pour le développement (BAD) à hauteur de 48,82 millions d’euros, l’Union européenne à hauteur de 8,3 millions d’euros, la SONABEL finance à hauteur de 5,67 millions d’euros et l’Etat burkinabè 3,81 millions d’euros.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here