Accueil ACTUALITÉ Controverse sur la loi 057-2008 : Un café débat, pour éclairer l’opinion...

Controverse sur la loi 057-2008 : Un café débat, pour éclairer l’opinion nationale

38
0

 « Promoteurs immobiliers et les réformes de la loi 057-2008 » c’est sous ce thème que s’est tenu à Ouagadougou le vendredi 24 septembre 2021, un café débat. Initié par le réseau des journalistes et communicateurs pour l’habitat, l’urbanisme en collaboration avec l’Union des promoteurs Immobiliers du Burkina et le syndicat des promoteurs immobiliers.

Ce second café débat du REJHAU-BF a pour objectif d’informer et d’éclairer l’opinion nationale sur tous les contours liés à la reforme de la loi 057-2008 portant promotion immobilière au Burkina Faso, entreprise par le ministère de l’urbanisme, de l’habitat et de la ville (MUHV), qui fait l’objet de polémique chez bon nombre de Burkinabé, notamment entre propriétaires terriens et promoteurs immobiliers.

Selon Sam Roger Nikiema, président de la cérémonie, ils ont souhaité ce débat depuis que le ministre Bonanet était aux affaires mais ils n’ont jamais eu l’occasion d’où le bien-fondé de ce café débat pour lui. « Nous allons donc échanger sans esprit belliqueux sur la question du foncier » a-t-il relaté. A l’en croire, contrairement aux médisances qui tentent de les dénigrer, il a affirmé clairement que les promoteurs immobiliers ne sont pas des hors la loi comme le prétendent certains mais des entrepreneurs dans le domaine du foncier qui aspirent au développement de leur pays.

Dr Aristide Sawadogo, promoteur immobilier pendant sa prise de parole

Pour le paneliste Dr Aristide Sawadogo, promoteur immobilier, l’activité de promotion immobilière est un métier qu’ils exercent en toute légalité dans notre pays et les différentes étapes du processus sont encadrées par des textes et lois en ce sens qu’elles impliquent plusieurs personnes dont les propriétaires terriens, des topographes, des urbanistes, le MUHV, le MATD, le MINEFID et le ministère en charge de l’environnement. Dr Sawadogo a indiqué que cette réforme tant prônée par le ministère vise plusieurs choses dont la dénaturation de l’activité de promotion immobilière, l’instauration d’un monopole d’état et une discrimination négative entre les sociétés de droit privé et celles de droit public. « Ils veulent une réforme améliorée et juste qui va satisfaire tout le monde et non un avant-projet qui se substitue au code pénal » a martelé le paneliste

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here