Ministre de l’éducation nationale lors de la conférence

134 établissements privés n’ouvriront pas cette année. La décision est tombée ce mercredi 26 août lors d’une conférence de presse organisée par le ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) après un contrôle dans ces établissements d’enseignement privés.
Selon le ministre Stanislas Ouaro, les raisons de ces fermetures sont essentiellement liées au manque d’hygiène, de sécurité pour les élèves et à l’emplacement de ces établissements ( à proximité de débits de boisson, de cimetières, de zones marécageuse, etc.). Ils sont beaucoup ces établissements scolaires qui n’ont aucune autorisation d’ouverture ou de création mais qui ouvrent leurs portes pour accueillir des élèves. Ces établissements seront tout simplement fermés selon le ministre de l’éducation nationale Pr Stanislas Ouaro. De ses explications, « ce sont des établissements qui compromettent l’avenir des enfants ».

Pour stopper de tels comportements, le ministre trouve qu’il faut sanctionner. « La liste des écoles concernées sera publiée d’ici là », a-t-il dit, avant d’ajouter que les promoteurs desdits établissements sont au courant. Aussi, 392 autres établissements qui n’ont pas l’autorisation du ministère de l’éducation nationale sont priés de se conformer aux textes qui encadrent le secteur. Ils ont quand même la permission de fonctionner au cours de l’année 2020-2021.
Un contrôle des établissements privés sera fait par le ministère, et tout promoteur qui malheureusement n’a pas respecté les règles de fonctionnement d’écoles en la matière, verra son bâtiment d’enseignement fermé. Les contrôles en question selon les indications du ministre Ouaro vont se poursuivre chaque année. L’objectif c’est d’arriver à freiner « la construction anarchique des écoles privées ». Par conséquent, ils doivent chercher à se munir de documents qui leurs permettent de créer ou d’ouvrir une école, a conseillé le ministre de l’éducation nationale.
Aux parents d’élèves sont invités à faire attention.  Il faut éviter d’inscrire son enfant dans un établissement d’enseignement non conventionnel parce que, certains prometteurs d’écoles sont des commerçants déguisés, donc illégaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *