Afin de parvenir à une prise d’engagements fermes en faveur d’une gouvernance durable de l’environnement au Burkina Faso dans les programmes et discours des différentes partis politiques, la coordination nationale des jeunes sur l’environnement et le climat (CONAJEC) en collaboration avec le Centre d’Etudes et d’Expérimentations Economiques et Sociales de l’Afrique de l’Ouest – Association Internationale (CESAO-AI) ont lancé ce jeudi 5 novembre 2020 à Ouagadougou lors d’une conférence de presse, la campagne de plaidoyer sur l’environnement dénommée « Empreinte Verte ». Cette campagne se tiendra durant la période de campagne électorale.

Les conférenciers du jour.

Selon une étude réalisée par Climat Analytics en 2019, le Burkina Faso risque une diminution substantielle de son rendement agricole de l’ordre de 5 à 25 % d’ici 2050. Cette même étude estime les couts associés aux pertes de cheptel induites par la mortalité due à la sécheresse entre 1 million 77 mille et 4 millions 910 mille francs CFA par troupeau puis une réduction probable du PIB du Burkina pouvant aller jusqu’à 7,2%. Fort de ce constat, la CONAJEC et le CESAO-AI attirent donc l’attention des candidats à la conquête du pouvoir, en lançant la campagne de plaidoyer « empreinte verte » qui vise une meilleure prise en compte de l’environnement dans leurs programmes. A en croire les conférenciers, « cette campagne ne devrait pas en principe se tenir car pour nous, chaque candidat à la présidentielle, dans un pays comme le Burkina devrait avoir la clairvoyance et la responsabilité de mesurer la situation environnementale dans sa juste mesure et saisir les opportunités qui se présentent. »

Le comité d’organisation dit avoir présenté le projet au conseil supérieur de la communication (CSC) afin de l’inscrire dans le cadre strictement réglementé par l’organe de régulation en cette période particulièrement sensible. La campagne se déroulera en trois volets qui sont :

  • Une campagne digitale menée sur la page Facebook @EmpreinteVerteBf
  • Une analyse des projets de société des différents candidats en lice
  • La présentation et la soumission aux candidats des 10 engagements.

Cependant pour la bonne marche de la campagne, Aboubacar Okana Lougué, coordonnateur général de la CONAJEC a expliqué que la campagne digitale, se fera sur la page et sera sponsorisée et plusieurs actions y seront menées pour obtenir d’avantages de mobilisation et d’adhésion des jeunes et potentiels électeurs. En ce qui concerne l’analyse des projets de société elle sera faite par des professionnels avérés pour la plupart des chercheurs, qui par une méthodologie scientifique mettront en évidence la sensibilité à l’environnement de chaque projet de société. Relire le code de l’environnement pour y prévoir une gestion intégrée des ressources forestières, durcir les mesures disciplinaires et leur application effective à l’endroit des agents en charge de la protection de l’environnement indélicats, instaurer la création et la sécurisation de forêts villageoises, communales régionales et nationales sont entre autres les engagements proposés aux différents candidats. Et la CONAJEC et le CESAO-AI estiment que la mise en œuvre des 10 engagements dans un quinquennat, serait une grande avancée du Burkina Faso vers une gouvernance durable de l’environnement du Burkina Faso.

Aboubacar Okana Lougué, coordonnateur général de la CONAJEC.

D’ores et déjà le comité d’organisation informe que des correspondances ont été adressées aux différents partis concernant ladite campagne et est toujours dans l’attente pour des audiences avec ces derniers. Il rassure également qu’après l’analyse des projets une conférence de presse sera organisée pour faire le bilan de la campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *