Accueil A LA UNE France : L’acteur Jean-Paul Belmondo est mort à l’âge de 88 ans

France : L’acteur Jean-Paul Belmondo est mort à l’âge de 88 ans

46
0

Le mythique acteur d'”A bout de souffle”, du “Magnifique” et du “Professionnel” est mort à l’âge de 88 ans.
Il a été le Professionnel, l’Incorrigible, le Guignolo, l’As des As et surtout le Magnifique. Des années 1960 à 1980, il a été le roi du box-office, réunissant près de 130 millions de spectateurs dans les salles obscures. Surnommé affectueusement “Bébel”, Jean-Paul Belmondo a été l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français, alliant charme, gouaille et muscles. Il est mort le 6 septembre 2021 à l’âge de 88 ans.

Terrassé par un AVC en 2001, Jean-Paul Belmondo s’était éloigné des plateaux de cinéma et réservait ses apparitions publiques aux manifestations sportives qu’il affectionnait tant. Toujours accompagné de son fidèle ami Charles Gérard, il continuait d’afficher son large sourire carnassier qui a contribué à son succès. Son aura n’a jamais cessé de briller, notamment grâce aux multiples diffusions à la télévision de ses classiques et aux acteurs de la nouvelle génération qui l’adulent et s’inspirent de ses prestations.

“Enfant, je voulais ressembler à un homme comme lui”, a ainsi déclaré Jean Dujardin. “Bébel” a dû être ému par ce compliment, lui qui a subi à ses débuts la vindicte de son professeur d’art dramatique Pierre Dux: “Avec la tête qu’il a, il ne pourrait jamais prendre une femme dans ses bras, car cela ne serait pas crédible”, avait asséné l’homme. Tout au long de sa carrière, “Bébel” n’a eu de cesse de déjouer ce pronostic.

Un fils d’artistes refoulé plusieurs fois au Conservatoire

Né le 9 avril 1933, Jean-Paul Belmondo est le fils du sculpteur Paul Belmondo et de l’artiste peintre Sarah Rainaud-Richard. A l’école, le jeune Jean-Paul n’est pas très assidu, mais pratique avec passion le sport sous toutes ses formes: football, cyclisme et, bien sûr, boxe. Mis au vert après une crise de tuberculose, Jean-Paul Belmondo a une épiphanie: il sera comédien, ou rien. Après plusieurs tentatives, Bébel réussit à intégrer en 1952 le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, où il forme avec Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle et Bruno Cremer une bande de joyeux drilles, la fameuse “bande du Conservatoire”.

Parallèlement au Conservatoire, Jean-Paul Belmondo débute au théâtre en jouant Musset, Molière et Anouilh, puis se lance au cinéma. En 1958, il apparaît dans deux films: Les Tricheurs de Marcel Carné, dont il n’apprécie guère le tournage, et Un drôle de dimanche, où il côtoie Bourvil et Danièle Darrieux. Sa carrière démarre doucement, mais il est heureux et marié à Renée Constant avec qui il a trois enfants: Patricia, Florence et Paul.

Sa prestation dans Un drôle de dimanche ne passe pas inaperçu. Dans les Cahiers du Cinéma, Jean-Luc Godard écrit une critique assassine du film réalisé par Marc Allégret, mais loue le jeu de Belmondo, qu’il compare à celui de Michel Simon. Une rencontre a lieu entre les deux hommes et Jean-Luc Godard engage l’acteur pour son court-métrage Charlotte et son jules. Mobilisé, Belmondo doit se rendre en Algérie, où la guerre fait rage, et c’est Godard qui doublera Belmondo dans le film.

La révolution “A bout de souffle”
A son retour, le comédien retrouve Jean-Luc Godard qui prépare son premier long-métrage, A bout de souffle. Belmondo décroche le rôle principal, celui de Michel Poiccard, un voyou en fuite après le meurtre d’un gendarme dans le sud de la France. Arrivé à Paris, celui-ci démarre une liaison avec une Américaine jouée par Jean Seberg. Entre l’acteur et Godard, le courant passe mal:

“Tout m’horripile chez lui. Et d’abord ses lunettes noires. J’ai envie de les jeter dans le caniveau. Et sa diction, d’une lenteur…”, a raconté l’acteur dans Paris Match en 2016.
Puis le tournage débute, Godard improvise, laissant une grande liberté à ses comédiens. Belmondo a une nouvelle épiphanie: “Jamais je ne m’étais senti aussi libre”, confessera-t-il plus tard. Dès sa sortie, A bout de souffle rencontre un immense succès. La carrière de Belmondo est lancée. La prophétie de Pierre Dux sur son physique s’est avérée fausse:

“A partir d’A bout de souffle, ça a vraiment été comme dans les contes de fée. Le téléphone a sonné du matin au soir. Je pensais que ça n’allait pas durer. Alors, j’ai accepté beaucoup de films”, a raconté Jean-Paul Belmondo à Première. “Ça a été un rêve: tout à coup, je me suis retrouvé dans les bras de Sophia Loren, de Gina Lollobrigida et de Claudia Cardinale!”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here