Accueil ACTUALITÉ Intervention militaire de la CEDEAO au Niger : Des citoyens de Ouagadougou apprécient!

Intervention militaire de la CEDEAO au Niger : Des citoyens de Ouagadougou apprécient!

745
0

Le 26 juillet dernier, le Niger a enregistré un nouveau coup d’Etat militaire qui a occasionné l’arrivé au pouvoir du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), avec à sa tête le Général de Brigade Abdourahmane Tiani. Face à cette situation, Les dirigeants de la CEDEAO ont ordonné l’activation et le déploiement immédiat d’une “force d’intervention” contre les militaires qui ont pris le pouvoir. la position de la CEDEAO est diversement appréciée par les populations de Ouagadougou qui se prononcent sur Aconews.net. Lisez plutôt

Les chefs d’Etats de la CEDEAO ont pris la décision  à l’issue d’une réunion de crise sur la situation politique au Niger, qui s’est tenue à Abuja le jeudi 10 août 2023. Ils affirment vouloir une restauration pacifique de la démocratie, mais toutes les options, y compris la force, sont sur la table. Mais les voisins du Niger à savoir  le Burkina Faso et le Mali, qui sont également sous le contrôle des militaires ont exprimé leurs solidarités au peuple Nigérien et leur soutien aux autorités militaires de Niamey . A cet effet, une déclaration commune des gouvernements de Ouagadougou et de Bamako a indiqué qu’une intervention militaire au Niger serait considérée comme “une déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali”.

Abdoulaye Kaboré, ouvrier

Pour Abdoulaye Kaboré, ouvrier au quartier  Larlé,  la solidarité exprimée par le Mali et le  Burkina à l’endroit du peuple Nigériens est une bonne chose car, si ‘’la case de ton voisin prend feu’’, il faut le secourir car tu ne sais pas le jour ou le même malheur va t’arriver. Il a exhorté les gouvernants des trois pays à mutualiser leurs forces dans le cadre de la lutte contre l’hydre terroriste dans la zone des trois frontières. Sur la question de l’intervention militaire de  la CEDEAO contre le Niger , il dit ceci : « Il faut que cette organisation sous-régionale revoie sa position, en tant qu’africains nous devons être solidaire, si vous remarquez les blancs sont solidaires quelques soit la situation. Il ne faut pas que les africains se laissent influencer par d’autres puissances extérieures car seule, l’union fait la force ».

Dakissaga Mahamoudou, chauffeur

Dakissaga Mahamoudou chauffeur dans l’arrondissement N°2 de Ouagadougou a abondé dans le même sens que monsieur Kaboré, « depuis dix ans  que les pays du sahel notamment le Mali, le Burkina, et le Niger souffrent des attaques terroristes, où était la CEDEAO ? il y a des chefs d’Etats qui sont dans  la CEDEAO qui ont brigué des troisièmes mandats, des coup d’Etats constitutionnels, où était encore la CEDEAO ? pour lui, la CEDEAO doit mettre de l’eau dans son vin parce qu’ils sont tous Africains. Elle doit quitter dans l’illusion et regarder la réalité en face ».

Boureima Ouédraogo, commerçant négociant en Transit

Selon Boureima Ouédraogo, commerçant négociant en Transit au 10 yaar,  la CEDEAO est dans son droit d’intervenir au Niger quelle qu’en soit la méthode utilisée. « Il faut que la CEDEAO arrive à restaurer Bazoum au pouvoir qui a été démocratiquement élu, si non, toute la région sera émaillée par des coup d’Etats militaires ». Sur la coalition du Burkina et du Mali pour soutenir le Niger en cas d’une intervention militaire de la CEDEAO, monsieur Ouédraogo reste sceptique parce que  les deux pays vivent la même situation qui est l’insécurité. Pour lui, si Mohamed Bazoum n’est pas au pouvoir, c’est un boulevard qui est ouvert pour les terroristes dans le sahel.»

SOULEYMANE OUEDRAOGO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here