Accueil ACTUALITÉ Lutte contre la criminalité transnationale : Les États membres de la CEDEAO...

Lutte contre la criminalité transnationale : Les États membres de la CEDEAO travaillent pour une réponse efficace contre cette menace

417
0

La CEDEAO travaille en partenariat avec la société civile pour développer et fournir des réponses efficaces aux menaces dans la région.

Des efforts décisifs sont nécessaires de la part des États membres de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de la Commission de la CEDEAO et de la société civile pour s’attaquer aux causes profondes du crime organisé, améliorer la prestation des services et soutenir les forces de l’ordre. Des actions résolues contre le blanchiment d’argent et la corruption, qui permettent ces marchés illicites, sont également vitales. Ces questions figuraient parmi les questions abordées le 17 mars lors du premier dialogue régional multipartite sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée (CTO) en Afrique de l’Ouest, qui s’est tenu à Abuja, au Nigéria. L’ouverture de l’événement par la Commission de la CEDEAO comprenait le lancement du Réseau ouest-africain de recherche sur le crime organisé (WARNOC). Le réseau fait partie de la stratégie de la CEDEAO visant à travailler avec la société civile pour garantir des réponses efficaces au crime organisé conformément à la Déclaration politique de la CEDEAO sur la prévention de l’abus de drogues, du trafic illicite de drogues et du crime organisé en Afrique de l’Ouest de 2008.
M. Clément BOUTILLIER dans son discours d’ouverture a précisé que : ” A travers le WARNOC, les organisations de la société civile et les experts pourront non seulement contribuer à la génération d’une compréhension plus holistique du crime organisé transnational en Afrique de l’Ouest, mais aussi façonner directement de meilleures réponses au crime organisé dans la région”.

‘’Cela inclut la nécessité de travailler en étroite collaboration avec les communautés pour assurer une réponse multidimensionnelle au CTO aux niveaux national et régional’’, a déclaré Bernt-Michael Gelpke du ministère fédéral des Affaires étrangères (Allemagne).

Present at this ceremony, H.E.M. TRAORE Kalilou, Ambassador of Côte d’Ivoire to Nigeria indicated that common strategies at the regional level will make it possible to fight more effectively against the CTO.

Ce réseau a fourni une plate-forme aux États membres de la CEDEAO, à la Commission de la CEDEAO et aux institutions affiliées, aux organisations de la société civile (OSC), aux partenaires de développement et aux experts pour explorer de nouvelles opportunités pour lutter contre le crime organisé et renforcer la résilience des communautés en Afrique de l’Ouest. Malgré les efforts importants des États membres de la CEDEAO et de la société civile, les économies illicites liées au trafic d’êtres humains, à la drogue et aux ressources non renouvelables restent un risque. Le commerce illicite de médicaments contrefaits, de méthamphétamines et de tramadol augmenterait dans de nombreuses régions d’Afrique de l’Ouest, tout comme le commerce illicite d’armes qui menace la stabilité régionale. L’Afrique de l’Ouest bénéficie d’une résilience importante face au crime organisé, mais la région reste vulnérable aux revers politiques, à la corruption et au crime organisé transnational. En outre, conformément aux tendances mondiales plus larges, la pandémie de COVID-19 a érodé la résilience des États et a donné à la criminalité de nouvelles opportunités de prospérer en Afrique de l’Ouest.

L’événement a été organisé dans le cadre du Projet Crime organisé : Réponse Ouest-Africaine à la Traite (OCWAR-T) de la GIZ en collaboration avec l’Institut d’études de sécurité et l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (GI-TOC). OCWAR-T soutient les États membres de la CEDEAO et la Mauritanie dans la réduction de la criminalité transnationale organisée (CTO) en renforçant les structures et les capacités nationales et régionales et favorise la politique et la prise de décision fondées sur des preuves. Plus précisément, l’OCWAR-T soutient les efforts visant à renforcer les enquêtes et les poursuites pénales, à améliorer le contrôle des armes légères et à réduire la traite des êtres humains. OCWAR-T est un projet de soutien de la CEDEAO, cofinancé par le gouvernement allemand et par l’Union Européenne.

Ce dialogue régional fait suite à un atelier de formation de deux jours sur le renforcement des capacités pour les membres de WARNOC les 15 et 16 mars 2022.

Pour plus d’info sur le projet OCWAR-T :

https://fr.raosupportcellecowas.com/post/crime-organis%C3%A9-r%C3%A9ponse-ouest-africaine-au-trafic-ocwar-t

Previous articleSituation sécuritaire au Burkina : le conseil de l’Entente manifeste sa solidarité
Next articleCrise à la FBF : le ministre des sports invite les protagonistes à un dialogue fécond

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here