Accueil A LA UNE Matchs amicaux journées FIFA : Une course contre la montre pour...

Matchs amicaux journées FIFA : Une course contre la montre pour Brama au regard du chantier !

1047
0

Nouvellement nommé sélectionneur des Etalons A, le 11 mars 2024, Brama Traoré « Chercheur » a saisi l’opportunité de la trêve internationale pour faire son premier regroupement en livrant 2 matchs amicaux à Casablanca, au Maroc, respectivement conte la Libye et le Niger, le 22 et 26 mars 2024.

Apporter une touche nouvelle, permettre de voir une équipe du Burkina Faso joueuse, libérée de ses démons de la CAN ivoirienne, avoir une profondeur de banc avec plusieurs profils de joueurs pourraient être le résumé, auquel s’attendait les supporters et surtout les observateurs des Etalons lors de ces 2 matchs durant ces journées FIFA.

Libye-Burkina Faso : les épis d’une moisson fleurissante

Grande était attendue les premiers pas du groupe de Brama Traoré en ce 22 mars 2024. Après une CAN décevante, une cacophonie communicationnelle du nouvel entraineur des Etalons sur la non convocation du capitaine et des 2 vices- capitaines place est fait au terrain.

Ainsi, tout en essayant de faire du neuf avec du vieux, le chercheur décide en défense comme dernier rempart Kilian Nikiéma, accompagné d’Edmond Taposba et Adama Nagalo dans l’axe, Valentin Nouma et Cédric Badolo sur les côtés. Au milieu, l’attendu Sacha Bancé bénéfice d’une première titularisation pour ambitionner remplacer le trentenaire Adama Guira en sentinelle. La plaque tournante de Valenciennes en ligue 2 française est associée à l’expérimenté Gustavo Sangaré et à Stéphane Aziz KI en meneur de jeu. En attaque, Django Ouattara sur le flanc gauche et Ousseini Bouda sur la droite sont chargés d’alimenter Franck Lassina Traoré en pointe.

Les Etalons ont montré deux visages lors de ces deux rencontres, sans inquiéter ne rassurent pas

Ainsi dans un dispositif en 4-3-3, les Etalons réussissent leur entame de match. Ils se procurent quelques opportunités en se montrant dangereux sur leurs attaques. Sans être réalistes devant les buts adverses, Ousseini Bouda et Sacha Bancé sortent du lot et maintiennent le navire Etalons à flot durant le quart-heure. Partagés entre faire le jeu et jouer en bloc bas et procéder par des transitions rapides, style de prédilection de leur entraineur, les co-équipiers de Franck Lassina Traoré (capitaine) perdent l’assurance de leur bonne entame de partie. Les cavaliers de la méditerranée n’en demandent pas mieux et jouent sur les faiblesses de leurs adversaires. Ils profitent pour ouvrir le score sur un corner à la 34ème minutes. Un but  contre lequel, les burkinabè réagissent immédiatement, après un travail de leur capitaine sur le côté qui parvient à faire un centre en retrait, repris par Ousseini Bouda qui dévie une frappe ratée de Aziz Ki à la 35ème minutes.

Avec cette parité au score, les Etalons abordent la seconde période  avec plus de bonnes intentions. Mais héla, les garçons du nouveau maitre à penser burkinabè plongent physiquement et sont dominés dans tous les compartiments. Les étalons sont baladés par une équipe libyenne plus en jambe, plus engagée, mieux structurée et disciplinée tactiquement. Conscient des difficultés de ses poulains, Brama apporte du sang neuf avec  Blatti Touré au milieu, Salif Titieta et Kader Ouattara en attaque. Des entrées qui boostent un peu les joueurs burkinabè qui se procurent des opportunités pour revenir au score à la marque et acter la défaite des Etalons.

Burkina Faso –Niger : un nul qui inquiète au-delà du résultat

Sacha Bancé par ses deux prestations XXL contre la Libye et le Niger a su répondre aux attentes placées en lui

Après une défaite pour son baptême de feu, Brama Traoré et son groupe retrouvaient le Mena du Niger pour leur 2ème sortie en cette fenêtre FIFA. Pour cette rencontre, un large turn-over était attendu, mais le coach choisit la prudence. Dans les cages, Sébastien Tou remplace Kilian Nikiéma. En défense, Nasser Djiga hérite d’une place dans le onze de départ, après le départ en club d’Edmond Tapsoba. Sur les côtés Mohamed Ouédraogo est essayé en lieu et place de Valentin Nouma. Au milieu de terrain, Blatti Touré fait son retour aux côtés de Gustavo Sangaré et Sacha Bancé. Sur le front de l’attaque, le même trio, que celui du premier match est reconduit.

Ainsi d’un match test au départ, l’opposition contre le Niger devient une mission d’obligation de résultat, car une seconde défaite serait mal vu par le public sportif et mettrait une énorme pression sur Brama et son staff.  De fait, soucieux que ses garçons réussissent leur début de match, la pression est mise sur l’équipe nigérienne pour prendre l’avance au score. Mais comme à l’accoutumé les attaquants sont maladroits et manquent de réalisme comme le coup de tête de Ousseini Bouda ou la reprise molle de Gustavo Sangaré. Comme un scénario déjà écrit, les Etalons après le quart-heure permettent à leur adversaire de prendre confiance et sortir la tête de l’eau.

Tout ayant le contrôle du match, les Etalons sont perturbés par le pressing incessant des milieux nigériens. Blatti Touré et son compaire Gustavo Sangaré n’arrivent pas à organiser le jeu et perdent à plusieurs reprises le ballon. Comme à la première rencontre, Ousseini Bouda se montre remuant sur son côté. Ainsi sur le corner joué sur le flanc gauche, il permet à Mohamed Ouédraogo à travers une balle en cloche à Nasser Djiga s’ouvrir le score à la 29ème minutes.

Le sélectionneur au sortir de ces deux matchs conscient du chantier à battre au niveau des Etalons

Battu également, le vendredi 22 mars dernier par les Eperviers du Togo 2-1, le nouvel entraineur du Mena, le marocain Badou Zaki procède à des réajustements qui permettent à ses protégés d’obtenir l’égalisation à la 50ème minutes. A son tour, Brama Traoré jette dans le bain Registre N’Do, Hassimi Traoré et Ismaïlia Ouédraogo pour arracher la victoire. Cependant, les remplacements ne donnent guerre du changement au jeu des Etalons. On constate un jeu brouillon, des difficultés de constructions et d’élaboration, des centres sans destinataires, une errance tactique inquiétante et surtout un gros chantier de travail à effectuer par le sélectionneur au regard des propos tenus par celui-ci à sa présentation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here